Imprimer
Affichages : 1992

Cet ouvrage broché de 215 pages, est paru le 28 août 2002 chez l’éditeur Romillat

Présentation du livre : 

Le 5 août 1934, un pogrom déferle sur Constantine et ses environs, alors département français. Une foule musulmane fanatisée égorge, massacre et pille impunément pendant toute une journée, sans intervention de la police ou de l'armée. on dénombre au soir 27 morts, dont 25 juifs - et, parmi eux : 5 enfants, 6 femmes et 14 hommes.

Que s'est-il passé ? Comment en est-on arrivé là ?

Les émeutes du 5 août 1934 ne sont pas un accident fortuit, un fruit amer naissant brusquement d'un rameau de saine apparence. L'histoire de l'Afrique du Nord est éclaboussée de sang juif, c'est une donnée permanente de ce pays aux passions brûlantes.

Témoin et victime du drame, Robert Attal reconstitue l'implacable dialectique de la haine qui conduisit une population musulmane exaspérée par la sujétion coloniale à succomber à l'intoxication anti-juive.

Un drame dont l'ombre portée arrive jusqu'à nous, tandis que le vent mauvais du communautarisme vient troubler aujourd'hui, en France même, la coexistence pacifique qui prévalait jusqu'alors entre juifs et musulmans.

Robert Attal

Historien français né le 8 avril 1926 à Constantine, il décède le 13 février 2015 à Paris.

A huit ans, il échappe au massacre qui le laisse orphelin : son père est assassiné durant les "Émeutes de Constantine" le 5 août 1934. Il doit la vie, et celle de sa mère et de ses frères à un Musulman, Serradj Abdallah qui les cache.

Il quitte l'Algérie en 1962 et il est muté à Soissons.

Professeur d'histoire, il a présidé durant huit ans la société d'histoire et d'archéologie du soissonnais. Il a écrit plusieurs ouvrages consacrés à la Révolution française et à la guerre de 1914-18 en Picardie. Il est l'auteur de livres de souvenirs sur Constantine.

Avec Dominique Natanson, il participe à l'écriture de La Mémoire juive en Soissonnais qui évoque le sort des déportés juifs de Soissons sous l'occupation.

L'ouvrage reçoit le Prix Annie et Charles Corrin 1993, pour l’enseignement de l’histoire de la Shoah..