Imprimer
Affichages : 508

Ce livre broché de 133 pages a été publié le 14 février 2013 chez l’éditeur : Les Presses du Midi (14 février 2013)

Résumé de l'ouvrage

Attention, si plusieurs passages prêtent à sourire, ce roman historique raconte un drame, celui de la situation de la communauté israélite entre l’été 1940 et l’automne 1942. Le gouvernement de Vichy retire le 7 octobre 1940 la nationalité française accordée aux juifs par le décret Crémieux (pris en 1870), et toutes les lois antisémites s’appliquent durement en Algérie.

Nous suivons la vie, entre septembre 1939 et novembre 1942, de trois jeunes juifs âgés de dix ans au début du récit.

Ils habitent le quartier de Bab-El-Oued à Alger, et se nomment Richard Atlan, Norbert Bensimon et Pierrot Abergel. Nous croisons des personnages historiques tels que Robert Brunschwig, professeur à l’université d’Alger jusqu’à l’été 1940, ou le grand rabbin Maurice Eisenbeth. L’un des jeunes est déjà fort intéressé par les filles mais celui qui va mettre nombre de familles juives en difficulté par ses vantardises le fait en se confiant à un camarade de classe. Se bâtir une réputation de résistants totalement imaginaire apporte des ennuis bien réels.

Les jeunes profitent du renvoi de leur instituteur public Ayache, de confession juive, pour faire l’école buissonnière, sous le prétexte inventé que son remplaçant les discrimine. Leur enseignant d’avant l’été 1940 les scolarise alors les matins.

Mais avec l’exclusion des enfants juifs de l’enseignement public élémentaire, qui suit une année après, c’est une classe qui est reconstituée dans des bâtiments de la synagogue. Du fait d’un enchaînement de circonstances, qui a son origine dans le fait qu’un des membres du trio ait trouvé des tracts appelant à la désertion des soldats juifs encore sous les drapeaux, la police soupçonne les dirigeants de l’école parallèle d’être les instigateurs d’actes divers de résistance.

Afin d’éviter aux familles dont les enfants sont scolarisés là des séjours temporaires ou prolongés en prison, ces familles sont clandestinement évacuées dans une petite ville côtière appelée Cherchell. C’est "l’opération sergent-major", du nom de la plume la plus utilisée dans les écoles françaises de 1870 à1970.

L’ancien instituteur sait le débarquement des Américains imminent. Le texte ne le dit pas, mais les 21 et 22 octobre 1942 une rencontre clandestine passée dans l’histoire sous le nom de "Conférence de Cherchell" met en présence le général américain Clark et les responsables de la résistance en Algérie, pour préparer l’opération Torch.

Ayache organise alors le retour des familles sur Alger.

En conclusion, voilà un beau roman qui contient une multitude d’indices permettant de bien imaginer la vie d’une communauté juive en Algérie durant trois années de guerre.