logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

e-mail : morechet@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous partiperez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

 

Rejoignez nous
sur FACEBOOK !

 

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

HAFTARA YTRO

Isaïe 6:1-13         Par Caroline Elishéva REBOUH

La lecture prophétique de cette semaine  se trouve dans les premiers chapitres d’Isaïe,  au chapitre 6 plus précisément et complété chez les Ashkenazes par quelques versets du chapitre 7.

La révélation du destin prophétique de cet homme a lieu dès le début du chapitre où il décrit la magnificence du Créateur entouré des anges et des créatures célestes qui, en agitant leurs ailes, proclament la Sainteté du Tout Puissant.

En effet, Isaïe  retranscrit cette phrase qui est répétée par le ministre officiant et par les fidèles ensuite au cours de la lecture du shémâ Israël du matin (les bénédictions précédant la récitation du shémâ) et lors de la répétition de la âmida  le matin et l’après-midi : KADOSH KADOSH KADOSH ……… En récitant cette phrase saisissante par son haut degré de sainteté, le fidèle, à trois reprises s’élèvent sur la pointe des pieds de manière à exprimer ainsi leur désir de s’élever du niveau terrestre au niveau céleste bien qu’il soit clair, que jamais personne ne pourra atteindre à cette sainteté qui est l’apanage de l’Eternel .

Tout en montrant encore que  la Shekhina est là, présente, à tout moment, prête à venir en aide à l’être humain qui, pour sa part, dispose de la parole pour faire en sorte que cette présence divine soit encore plus proche de lui, presque palpable, par l’étude et la prière, par la demande même simplement formulée. 

Il est clair que D se trouve dans les sphères supérieures du monde et la créature humaine dans les inférieures mais,  les paroles et la prière tissent ensemble des liens qui peuvent permettre à l’humain de raccourcir la distance qui séparera toujours la créature du Créateur.  

Le lien avec la péricope de Ythro est clair : Moïse est modeste et de par son haut niveau il a eu le mérite de voir D face à face. Dans sa prophétie, Isaïe démontre lui aussi d’une grande modestie et il  fait par de son émoi pour avoir  vu la magnificence de D. Il tremble devant cette "faveur" qui lui a été faite et craint de mourir pour avoir eu ce privilège.

La transcendance de D c’est d’être inaccessible à l’humain mais l’être humain, au moyen de la parole a la possibilité de rendre immanente cette faculté.

Caroline Elishéva REBOUH

 


 

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN