logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

e-mail : morechet@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

 

Rejoignez nous
sur FACEBOOK !

 

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

HAFTARAT TSAV : CHABBAT HAGADOL

Jérémie 7:21-28; Jérémie 9:22-23
Caroline Elishéva REBOUH

Etant donné que parasha tsav tombe souvent sur l’une des quatre shabbatot spéciales entre Pourim et Pessah, on n’a que peu souvent l’occasion de lire le texte de cette haftara qui se trouve dans la prophétie de Jérémie  (chapitre 7, et le tout début du chapitre 8).

A vrai dire, la nature humaine n’apprécie pas toujours d’être réprimandée et d‘entendre de durs reproches bien qu’ils soient mérités. 

Objectivement, l’histoire a prouvé que le peuple juif a souvent fauté et a été infidèle au point de rompre tout engagement vis-à-vis de D et rompre toutes les attaches. Jérémie admoneste sévèrement le peuple.

A quoi bon ces sacrifices offerts alors que, par ailleurs la conduite du peuple est inconvenante se lamente le prophète ?  Ce peuple qui fut le témoin des bienfaits divins n’a de cesse que de contrevenir aux paroles de la Torah qui sont éternelles et qui devraient servir de guide pour la vie tout entière.

S’adonner à l’idolâtrie de cette façon peut-il être pardonné par des sacrifices ? Ces sacrifices pourraient-ils être agréables à l’Eternel ? Jérémie  souhaite parvenir à secouer le peuple afin qu’il se conduise conformément à la promesse des Pères. Ces reproches, réprimandes et admonestations ne sont pas adressées uniquement par Jérémie mais, nous l’avons déjà vu, Isaïe l’a déjà fait et bien d’autres ont désavoué ce peuple ingrat et à la nuque roide.

SHABBAT HAGADOL

La haftara de ce shabbat qui précède la fête de Pessah fait partie de la prophétie de Malakhy (Malachie) qui  vécut à l’époque où une partie de la population juive de Judée exilée en Babylonie après la destruction du premier Temple, amorce son retour dans son pays d’origine et  est déclenchée la reconstruction du deuxième Temple. Le prophète a un discours à la fois réconfortant et débilitant, car d’une part le prophète se veut rassurant en promettant que désormais, tous les sacrifices offerts seront agréés par D  admoneste la "caste" des Cohanim qui se sont laissés aller et ont été corrompus.

Le prophète se laisse aller à poser des questions qui ont toujours intrigué le peuple à savoir : pourquoi certains dont les actes sont parfaitement répréhensibles vis-à-vis de D sont comblés en richesse, honneurs, santé et bonheur alors que d’autres qui s’attachent à l’observation des commandements sont accablés de soucis, ou de dettes.

"A quoi cela sert-il" se laisserait-il  presque  déplorer le prophète bien qu’il sache  qu’il ne convient pas de servir D dans l’espoir d’en recevoir une récompense mais, ainsi que l’enseigne Shimôn hatsadik : אל תהיו כעבדים המשמשים את הרב על מנת לקבל פרס :  "al tihyou kaâvadim hameshameshim eth harav âl menat lekabel prass", soit : Ne soyez pas comme les esclaves qui servent leur maître afin de recevoir une récompense. Cette question posée depuis des millénaires trouve sa réponse dans ce qui suit.  Chaque Juif se doit, en tant que tel, de se conduire selon les préceptes pour lesquels il s’est engagé de manière particulière et communautaire à observer. Pour le reste, ce que D lui donne, quand et comment sera éclairci au moment de faire les comptes.

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN