logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

e-mail : morechet@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

 

Rejoignez nous
sur FACEBOOK !

 

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

PARACHA KORA’H : 30 Sivan 5777 / 24 juin 2017

Lecture de la Torah : PREMIER ROULEAU (Kora'h: Nombres 16:1-18:32) - DEUXIÈME ROULEAU (Shabbat Roch 'Hodech: Nombres 28:9-15)
LBOUCHE DE LA TERRE par Caroline Elishéva REBOUH

La mishna de Pirké Avot nous enseigne que juste avant que ne commence le premier shabbat de l’Humanité, D a créé des prodiges qu’IL a programmés pour l’Histoire du monde et surtout du Peuple Juif. L’un de ces dix prodiges est que la Terre ouvrira sa "bouche" pour y engloutir (lors de cette paracha), Korah et toute son assemblée.

Que s’est-il passé ? Nous avons évoqué lors de la parasha de Shelah Lekha le fait que sur les douze explorateurs envoyés en mission en Canaân, dix d’entre eux préoccupés par leur soif d’honneurs, se sont laissé aller à la médisance contre le pays que D avait décidé de donner à Son peuple. 

Ici, Korah[1] se révolte alors qu’aucun motif véritable ne peut servir de base à ce soulèvement et, qui plus est, il incite une partie du peuple à se révolter avec lui. En effet :  avant que ne se produisît  la faute du veau d’or, il aurait pu se faire que la prise de fonction au Temple soit "tournante"  où chaque premier-né aurait pu servir à tour de rôle mais, malheureusement, la faute du veau d’or se produisant et toutes les tribus y étant  mêlées   en dehors d’Aharon pour les Léviim, il a donc été décidé qu’Aharon et sa descendance seraient  "Cohen Gadol".….

Or, Korah, assoiffé d’honneurs, de pouvoirs, de considération, se tourne plein de vindicte vers Moïse pour lui demander ainsi qu’à Aharon de céder leur place. Korah avait déjà, dans le passé, usé de stratagèmes pour s’accaparer une fortune considérable en dérobant à Joseph des codes lui permettant d’accéder aux trésors de l’Egypte

Ici, il prétend qu’il est celui auquel revient le droit de succéder à Aharon.  Korah critique Moïse, cet homme que la Torah décrit comme étant l’homme le plus humble que la Terre ait porté et à propos duquel il est écrit qu’il n’y a jamais eu et qu’il n’y aura jamais d’homme de son niveau.

Le nom de Korah est formé de trois lettres : K-R-H (kouf-resh-heth) et ces lettres peuvent former des mots comme KéRaH (la glace) רח  comme il a été employé pour Amalek, celui qui "nous a surpris" sur la route (en nous attaquant par derrière et en nous refroidissant) mais, ces mêmes lettres disposées dans un ordre différent, l’on peut obtenir un autre mot tel HoKeR חוקר ou investigateur, enquêteur. Korah s’est donc constitué en fauteur de troubles, en redresseur de torts, il est si imbu de sa personnalité, et de son droit d’être nommé à une fonction prestigieuse, qu’il décide de commencer une mahloket  ou controverse.

Encore une fois, la mishna de pirké avot nous enseigne que si une controverse s’engage entre deux personnes ou deux groupes de personnes, cette controverse sera "positive" si elle est "leshem shamayim" ou ne pourra être constructive si elle est conduite pour servir d’autres objectifs comme des intérêts personnels et surtout pour satisfaire à une soif inextinguible d’honneurs. Les controverses qui divisaient toujours Hillel et Shamay[2]  étaient destinées uniquement à guider le public dans l’application des lois et ces querelles n’avaient rien de personnel, bien entendu.

Dans le cas de notre péricope, la querelle est soulevée dans le but de "diviser" le Peuple [3], et de servir des intérêts personnels : soit ôter leurs prérogatives à Aharon et Moïse pour se les faire attribuer et gagner un prestige. A ce propos, le Hafets Hayim a déclaré à propos des règles sur la médisance que le souci de Korah de rechercher des honneurs a provoqué sa perte car, toute personne qui cherche la querelle ou à provoquer une division fait une très grande faute et peut être appelé rashâ (רשע) et, le Hafets Hayim poursuit en affirmant que les motifs de base de ce genre de querelles sont la haine et la vengeance.

Le peuple, se laissant mener, comme souvent,  par des discours de démagogues et sans réfléchir plus avant a encore une fois besoin d’être sauvé par les suppliques de Moïse et d’Aharon qui tombent face contre terre  pour prier D de ne pas S’emporter contre le peuple tout entier. C’est alors que la Terre s’ouvrit et engloutit Korah et ses proches et,  c’est là que réside  le prodige : la terre se referma aussitôt sur ces personnages tandis que de la Tente d’Assignation  "s’échappa" un feu dévorant qui brûla in subito les 250 adeptes de Korah.

Korah, en fin démagogue a tenté de soulever le peuple contre les lois de la Torah en raillant tous les enseignements que  la loi orale renferme et il use d’exemples qui tentent à discréditer Moïse et Aharon.

Caroline Elishéva REBOUH



[1] Korah en français se dit Coré mais, il est bon de garder cette appellation hébraïque translittérée pour les explications  qui suivront dans le texte de cet article.

[2] Deux Tanayim dont les préoccupations se focalisaient toujours sur l’application des mitsvoth. C’est d’ailleurs du nom de Shamay que vient le mot « se chamailler ».

[3] Le mot mahloket vient du verbe lehalek diviser.

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN