logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

e-mail : morechet@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

 

Rejoignez nous
sur FACEBOOK !

 

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

HAFTARA HOUKAT

Lecture : Joshua 2:1-24

PECHER PAR ORGUEIL par Caroline Elishéva REBOUH

Dans cette lecture prophétique, nous nous trouvons à l’époque des Juges[1] où Yftah ( en français Jephté le Galaadite) (Juges chapitre XI versets 1 à 33).

Jephté est le fils de Galaad de la tribu de Menashé et il naquit d’une femme prostituée dont on ne cite pas le nom dans le livre des juges mais au sujet de laquelle on dit qu’elle était aubergiste.

 

Galaad, le père de Jephté est marié à une autre femme qui a d’autres enfants. Après avoir été chassé de la maison paternelle par ses frères, Yftah succéda au juge Yaïr et devint ainsi le huitième Juge d’Israël.

Se voyant menacés par les Ammonites, les fils de Galaad se rendirent auprès de leur demi-frère pour lui demander d’intercéder ou de les aider à combattre leurs ennemis. Yftah après avoir reproché à ses frères de l’avoir rejeté, accepte la mission à condition toutefois de rester à leur tête et, il  envoya une délégation auprès du roi des Ammonites qui répondit en accusant Israël d’avoir envahi et pris des territoires appartenant aux Ammonites.[2] Yftah lui fit répondre que n’ayant reçu de réponse favorable ni des Moabites, ni des Ammonites ni des Edomites pour traverser leurs territoires, Israël dût faire un détour pour parvenir dans ce pays que D lui a donné. Yftah fit dire au roi des Ammonites que D fit la guerre à Sihon roi des Amoréens  et au roi de Bashan pour que ce peuple puisse parvenir chez lui.

Yftah pria D en lui vouant un sacrifice si D lui accordait la victoire et c’est ce qui se produisit.

Les derniers versets tragiques ne font pas partie de cette Haftara mais tout le monde connaît le drame qui se joue lorsqu’ Yftah voit sortir de sa maison sa seule et unique fille qui n’était pas encore mariée et qu’il pensait devoir sacrifier conformément au vœu qu’il avait émis. L’orgueil de cet homme fut mal placé  étant donné qu’il ne voulut pas, par orgueil  et aussi sans doute par sottise, consulter les Sages qui l’auraient relevé de son vœu car le sacrifice humain n’est pas autorisé. Ceci enseigne qu’il ne doit pas y avoir de sentiment de honte et que l’on doit toujours consulter des Sages avant de prendre une décision très importante qui peut mettre quelqu’un ou quelque chose en péril.

Caroline Elishéva REBOUH

 


[1] Vers l’an 950 avant l’ère vulgaire.

[2] Aujourd’hui on accuse encore Israël d’avoir envahi des territoires alors que cela n’est pas vrai : l’histoire se répète sans cesse !!!

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN