logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

 

A sa naissance, en 1928, son père et son oncle sont associés dans la gestion d'un cabaret, rue de la Révolution, au cœur du dem, le quartier juif d'Oran.

Le soir avant d'aller se coucher, le petit Maurice va voir son père et, quand il remonte, prend une poêle à frire pour s'en faire un oud, une fourchette pour faire un violon. Car ce café est le cœur musical d'Oran : son oncle, le violoniste et chanteur Saoud El Médiom, alias Saoud l'Oranais, est le maitre du hawzi, forme populaire de la musique arabo-andalouse.

En tant que tel, il initiera Reinette l'Oranaise et Lili Boniche.

 Mais pas directement Maurice El Médioni car le père de celui-ci meurt brutalement quand il a sept ans, en 1935.

L'oncle Saoud décide de vendre ses parts et s'en va à Paris. Il ne reviendra plus : resté en métropole pendant la guerre, il est pris par les Allemands dans la rafle du Vieux Port à Marseille, en 1943. Le plus influent musicien juif d'Algérie sera gazé le jour de son arrivée au camp d'extermination de Sobibor.

Entre temps, à Oran, c'est sur un vieux piano acheté aux puces par son frère aîné que Maurice El Médioni s'est mis à la musique, manifestant des dons magistraux.
Mais, à ce moment-là, on n'écoute plus guère de musique orientale chez les jeunes gens de sa génération qui ne pensent qu'à Tino Rossi, Maurice Chevalier ou Charles Trenet.

Ce sera plus tard, lorsqu'il aura dix-huit ans, qu'il va plonger dans la musique orientale qui pourtant l'environne au quotidien.

Fou de jazz, il s'est initié au boogie woogie avec les soldats américains installés en Algérie après l'opération Torch, fin 1942.

Et il a découvert la musique latine avec les Portoricains sous uniforme américain. Il joue dans un café d'Oran quand trois jeunes Maghrébins viennent lui demander de l'accompagner dans une chanson arabe. Il applique sa technique jazz et ses phrasés latins à la mélodie orientale qu'il n'a aucun mal à suivre.

En quelques instants d'improvisation, il pose instinctivement les fondements d'un jeu qui va devenir un des plus célèbres de la variété algérienne des années 50 : son accompagnement de rumba Internationale s'accorde parfaitement au rat des faubourgs et, dès le soir même, il joue en public avec ses trois copains de rencontre.

Il amorce une carrière qui le verra notamment chanter avec le musulman Ahmed Sa'fdi dans les rangs de l'Orchestre moderne oranais, mais aussi avec l'immense Line Monty, plus grande vedette féminine de l'époque.

C'est l'apogée, en Algérie, d'une musique que l'on appelle indifféremment judéo-arabe, judéo-andalouse, judéo-algérienne ou même francarabe, puisqu'elle mêle des apports de deux côtés de la Méditerranée.

Lili Labassi, Lili Boniche, Salim Halili sont d'énormes vedettes qui confrontent des airs algériens à Bambino, adaptent les Compagnons de la chanson en arabe ou sèment leurs chansons de couplets en français... Le film de Michèle Mira Pons, Alger Oran Paris, les années music-hall, qui vient de sortit en DVD, permet une passionnante rencontre avec cette époque et ces  répertoires.

L'indépendance de l'Algérie va mettre fin cet âge d'or. Le FLN a donné aus Juifs d'Algérie le choix entre "la valise ou le cercueil". Maurice El Médioni arrive à Paris en 1961, sans espoir de retour sur sa terre natale.

Le jour, il est tailleur pour hommes dans sa boutique, entre la rue de Ménilmontant et le boulevard Saint-Martin. Le soir, il est tout près de là, rue du Faubourg-Montmartre, dans un cabaret où il accompagne les géants exilés de la musique andalouse, Lili Labassi ou Reinette l'Oranaise, l'élève préfére du grand Saoud.

Mais Paris est trop froid. En 1967, il retourne au bord de la Méditerranée, abandonne la musique et s'installe à Marseille, où il a acheté un magasin de prêt-à-porter sur la Canebière. "Un poisson ne peut pas vivre sans eau". Pourtant, il recommence vite à jouer. Certes, il vient de loin en loin à Paris, notamment pour accompagner Line Monty dans ses récitals, mais il tient sa carrière en sommeil.

Revenu depuis quelques années sous l'attention du public world, il poursuit maintenant l'aventure d'une musique à la généalogie complexe en y inventant Cuba. Comme jadis à Oran, dans les cafés de la Corniche où des GI parlant espagnol lui expliquaient la rumba.

Bertrand Dicale

Source de l'information
CHRONIQUES DES COMMUNAUTES JUIVES D'ALGERIE 
... AUJOURD'HUI DISPARUES (Edition Moriel) 

 
 

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN