logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

De Saadia Sidney Chouraqui

La communauté juive n'était pas très importante. Les familles étaient largement disséminées. Le tramway et, plus tard le trolleybus venant du centre d'Alger, traversaient le quartier par la rue de Lyon, en direction des hauteurs de Kouba d'où on pouvait admirer le splendide panorama de la grande baie d'Alger.

Au centre de Belcourt, il y avait la belle synagogue Kaoua avec son Talmud Torah et sur les hauteurs on trouvait les nombreuses villas des grandes familles :  Chouraqui Saadia et Salomon, Cohen-Solal, Djian, Valensin, Siari, Stora et les villas de leurs nombreuses enfants.. Tous se réunissaient le Shabbat dans la synagogue de mon grand-père Sadia situé au premier étage de sa magnifique demeure.

Nous nous souviendrons longtemps de ce lundi 12 décembre 1960…

Dès 13 heures, grâce à notre uniforme d'aumônier et à notre véhicule militaire, avec notre collègue B. Choukroun, et ce au prix d'un témérité qui nous mettait à la merci des coups de certains exaltés, nous réussissions sans escorte à nous frayer un passage dans ce flot humain, jusqu'à la Grande Synagogue. Une véritable marée humaine y entrait et en sortait. Notre voiture ne pouvait aller plus loin…
Le lendemain matin, sous la protection de l'armée et de la garde mobile, alors que les esprits paraissaient s'être calmés, avec M. le Grand Rabbin Askenazi, accompagné du Rabbin Cohen Solal, de M. le Président Saffar et de notre regretté ami M. Zenouda, nous avons pu enfin pénétrer à l'intérieur de la Grande Synagogue.

Par Caroline Elishéva REBOUH.

Esther est couronnée reine de Perse le 1er de tevet de l'an 362 av. J.-C. Tableau d'Edwin Long, 1878. National Gallery of Victoria, Melbourne.Quelques mots sur le mois de Téveth qui a commencé pendant Hanoucca, vers la fin de la fête.  Certaines années, ce mois compte 29 jours et parfois 30. Téveth est le quatrième mois de l'année si l'on compte depuis tishri et le 10ème si l'on compte depuis le mois de nissan qui est le 1er mois de l'année pour la fixation des fêtes et des règnes (Talmud traité de rosh hashana 1a).
Téveth est un mois illustré par des évènements tragiques ou qui auraient pu l'être si D ne veillait pas sur Son peuple meurtri, malmené par de cruels occupants, c'est ainsi que :

- Le 8 de ce mois le roi Ptolémée qui désirait commettre des exactions sur le peuple juif et qui se "méfiait" de ce qui pouvait être inscrit dans la Torah réquisitionna 70 sages et chacun d'eux eut pour charge de traduire, en grec, la Bible, chacun des Sages étant sous bonne garde  (c'est ce que l'on appelle la Bible des Septante qui par miracle divin traduisirent dans la  langue de l'occupant, tout le texte mot pour mot sans qu'un seul ne diverge).

Souvenons-nous : 12/12/1960...12/12/2018

Il y 58 ans, le 12 Décembre 1960, une horde de fanatiques musulmans déferle sur la Grande Synagogue d’Alger, (située rue Randon ou nommée encore place du Grand Rabbin Bloch).

Après un pillage c’est l’incendie, et le massacre des juifs aux alentours.

⇒ IMPORTANT : Des photos exceptionnelles de ces événements ont été prises à Alger en 1960 par une famille algéroise.  Elles ont été envoyées à Morial par leur fils Ilan, qui habite en Israël, et qui  nous en offre l'exclusivité. Nous le remercions. 

Souvenons-nous :  6/12/1835... 6/12/2018

Mascara, ville située à environ 80 kms d’Oran, était un site stratégique et  constituait aussi un enjeu économique.

La bataille de Mascara est un épisode de la conquête de l’Algérie. Il est important par le fait qu'il concerne le conflit entre la France et Abd el-Kader, en opposant en novembre et décembre 1835 les troupes du général français Clauzel et les combattants de l'émir.                

Chronologie des événements

Par  Caroline Elisheva  Rebouh

Pour Hanoucca il faut célébrer et commémorer le miracle de l'huile c'est pour cela que sont à l'honneur toutes sortes de recettes  de fritures !!!!
Les grands favoris sont les beignets. Comme le dit ce mot "beignet", le met est frit (il baigne dans l'huile) :

En français on parle de beignet
En hébreu de "soufganyoth", ce qui signifie qu'il absorbe (sofeg en hébreu) et
En arabe, sfenj (de la même racine : absorber).
Pour les Tunisiens ils s'appellent "BOMBOLONIS" beignet avec des boursoufflures,

  • Pour les Marocains ou les Algériens ce sont les "SFENJ" 

L'Institut Européen des Musiques Juives vous propose une playlist à écouter en famille !

Hanouka ou "inauguration" en hébreu est la fête qui commémore la réinauguration de l’autel dans le second Temple de Jérusalem.

Selon la tradition, après le pillage et la souillure du Temple par les Romains, les prêtres y retrouvèrent une petite fiole contenant suffisamment d’huile sainte pour éclairer le Temple pendant une journée. C’est alors qu’eût lieu le miracle de Hanouka : la petite quantité d’huile brûla pendant les huit jours qui ont servi à éclairer et à purifier le Temple de Jérusalem.

HANNOUKA ET LES 36 CHANDELLES, par Caroline Elisheva  Rebouh Ben Abou  

Dans tous les actes de notre vie, nous avons différentes façons d'appréhender tout ce qui touche à notre quotidien : au premier degré ou de manière plus philosophique voire même mystique. Dans le judaïsme, ces "degrés" sont au nombre de 4 comme nous l'avons souvent vu pour la façon de comprendre le message de la Torah ou comme les 4 "fils" de la Haggada de Pessah.

Pour Hanoucca, il en est de même, nous pouvons allumer une bougie de plus chaque soir de ces huit jours, sans aller chercher plus loin, mais il peut aussi y avoir d'autres significations plus ésotériques.

Mardi 11/12/2018, à 21h00 à la la mairie du 16e arr. est présentée une conférence par  Charles Baccouche :
Les Intellectuels juifs français qui redeviennent hébreux 

Eliane Amado Lévy-Valensi
Eliane Amado Lévy-Valensi philosophe et psychanalyste française. Elle enseigne à la Sorbonne puis à l'université Bar-Ilan. En 1948, Éliane Amado-Levy-Valensi obtient l’agrégation de philosophie en sortant major de son concours.

Ses écrits les plus connus, Moïse de Freud et la Poétique du Zohar sont emblématiques pour le judaïsme de l'époque.
 

Plusieurs chants sont traditionnellement associés à Hanouka, en particulier :

  • Maoz tsour, un poème liturgique en acrostiche de six stances, composé vers le XIIIe siècle.
  • Hanerot hallalou, qui résume les discussions talmudiques sur l'origine des lumières de Hanouka ainsi que leur caractère sacré.

Avihu Medina est un compositeur, arrangeur, compositeur et chanteur israélien de musique israélienne méditerranéenne né à Tel Aviv.

photo © mahJ / Christophe Fouin

Cet objet culturel est exposé au Musée d'art et d'histoire du Judaïsme ((MAHJ), parmi 134 autres en provenance de divers pays.

C’est une  "Lampe de la Reconsécration du Temple" ou de Hanoucah la "Fête des lumières".

 

Le Musée du peuple juif - Beit Hatfutsot est en cours de renouvellement. Tout en continuant à mettre en valeur le passé juif, il évoluera, en célébrant les succès et la créativité des Juifs du monde entier.
Du "musée de la diaspora" au "musée du peuple juif": renouveau et identité

Lorsque Beit Hatfutsot a été ouvert en 1978, il s'appelait The Diaspora Museum (Musée de la diaspora). Il avait pour objectif de raconter l'histoire des communautés juives de la diaspora et de relier ainsi les Israéliens à leur passé.

Centre de généalogie juive Douglas E. Goldman

Quel est le secret du tekhelet, cette  couleur précieuse qui revêt une grande importance depuis des générations et jusqu'à aujourd'hui?

A la recherche de colorants audacieux et impressionnants, les habitants de l’ancienne Méditerranée ont trouvé un moyen d’extraire du corps des escargots de murex des pigments luxueux et résistants à la décoloration. Des colorants splendides ont été fabriqués selon un processus complexe et appliqués aux textiles en laine dans des teintes allant du bleu au violet rougeâtre - le tekhelet biblique et l' argaman. 

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN