logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

 

Un étranger, chargé de sacoches pleines d’or, arriva un jour à Boghari et y épousa l’une des jeunes filles les plus belles.

Il loua une maison spacieuse, engagea des domestiques et traita son épouse comme une reine. Chaque jour il dépensait largement pour la nourriture et, à chaque retour, rapportait des habits brodés et des bijoux.

Vers onze heures, au jour du grand marché, les rues étaient encombrées de calèches pimpantes attelées de chevaux fringants ornés de pompons et de clochettes.

Les gens riches faisaient charger par leurs serviteurs des paniers de provisions et des colis contenant cent objets divers pour la joie des femmes et des enfants.

A l'ombre d'une arcade, quelques vieillards, enveloppés dans leur burnous, étaient assis par terre, en tailleur, contemplant les allées et venues.

15 août 1944 - 2019 : il y a 75 ans le "Débarquement" de Provence

Qui sait que dans un des plus hauts lieux du christianisme, dédié à Marie Madeleine, une vingtaine de jeunes filles juives furent sauvées de la déportation par un Prêtre qui ne parla jamais?

Le 22 août 1944, à la suite du débarquement de Provence, les tirailleurs algériens et les tabors marocains libérèrent, à la Sainte Baume, près de Toulon, une vingtaine de jeunes filles juives des griffes des nazis.

En ces temps difficiles de tension entre les hommes, il est bon de rappeler aujourd’hui cette belle histoire qui montre que les hommes de bonne volonté peuvent se tendre la main.

Par Caroline Elishéva REBOUH

Nombreuses sont les allégories qui placent entre D et Son Peuple des relations d'Epoux et de fiancée ou d'épouse (כלתי / רעייתי) kalati ou râyati. Le Cantique des Cantiques composé par le Roi Salomon décrit de manière poétique les tourments amoureux d'une femme éprise de son promis, ou les descriptions merveilleuses d'un homme épris de cette femme capricieuse et que nulle autre créature ne peut égaler.

Ainsi, l'illustre berger ou Epoux est D qui se repaît de la beauté de son amante ou de cette femme éperdue d'amour partant à la recherche de son Aimé qui n'est nul autre que son D.  Au chapitre II du Cantique des Cantiques D s'exprime par la bouche du berger en complimentant sa promise en lui déclarant qu'elle est une rose parmi les  épines[1].

Sommaire de la revue N°138

- Rémy Chicheportiche : Quatre notes généalogiques sur les Sasportes (ששפורטיש) d'Algérie 1391–1830

Les Sasportes (ששפורטיש) sont une famille de Juifs séfarades dont la présence en Afrique s’est étendue sur près de six cents ans, depuis leur installation au Maghreb central en 1391 jusqu’à leur exil final de l’Algérie en 1962

- Anne-Marie Fribourg : Isaac Auguste Blum, un personnage plein de mystères.

- Mireille Provansal : Les "comptes particuliers" d’Elisabeth Lippmann. Un témoignage de la vie quotidienne d’une famille juive à Sarrebourg, 1847-1871

Lecture de la Torah : Ekev - Deutéronome 7:12 - 11:25
Par Caroline Elishéva REBOUH 

Le mot Ekev qui signifie "à cause de" ou "en conséquence de " ou encore "à la suite de" se différencie par sa vocalisation du mot Akev désignant le talon. Ces deux mots sont liés par le fait que 

le talon laisse une empreinte. Les traces peuvent montrer le cheminement tant au propre qu'au figuré.

C'est au figuré qu'il convient de comprendre le premier verset de cette sidra :ה עֵקֶב תִּשְׁמְעוּן, אֵת הַמִּשְׁפָּטִים הָאֵלֶּה, וּשְׁמַרְתֶּם וַעֲשִׂיתֶם, אֹתָם--וְשָׁמַר יְהוָה אֱלֹהֶיךָ לְךָ, אֶת-הַבְּרִית וְאֶת-הַחֶסֶד, אֲשֶׁר נִשְׁבַּע, לַאֲבֹתֶיךָ.

Si vous obéissez à ces lois et que vous continuez à les observer, l'Éternel, votre Dieu, sera fidèle aussi au pacte de bienveillance qu'il a juré à vos pères.

Par Roger STIOUI

Le calendrier hébraïque est un calendrier luni-solaire. Les mois sont lunaires et les années solaires.

Il est basé sur deux versets fondamentaux de la Torah : "Ce mois est pour vous le commencement des mois" (Exode XII, 2) et "Prends garde au mois du printemps où tu célébreras Pessa'h" (Deut. XVI, 1).
À travers ces enseignements, la Torah envisage donc un calendrier articulé autour de mois lunaires et d’années solairesLes mois comptent environ 29 jours 1/2 et les années 365 jours 1/4. Une année de 12 mois lunaires accusera un déficit de près de 11 jours sur l'année solaire.

Par Caroline Elisheva Rebouh Ben Abou   

Tou Béav : SAINT VALENTIN DES JUIFS ?

En Israël, TOU BEAV est devenu "Hag HaAhava" (fête de l’amour ou des amoureux) et, en ce jour de nombreux couples choisissent cette date pour unir leurs destinées. Tou BeAv est-il donc une fête commerciale comme la Saint Valentin dans les pays occidentaux ?

Quelle est l’origine de cette "fête" ?

Lorsque les explorateurs revinrent au camp des israélites et firent un rapport épouvantable du pays, et que le peuple (ceux qui n’avaient pas confiance en HaShem) se fondit en lamentations, c’était un 9 Av et D promit à ce peuple ingrat que désormais ils auraient un motif de se lamenter pour 9 beAv.

En 1479, alors que l’Inquisition médiévale vit ses dernières heures, Ferdinand V et Isabelle la Catholique fondent l’Inquisition espagnole.

Le port d’une "ROUELLE" jaune, sur les vêtements du Juif devient obligatoire

Dès 1215, le pape Innocent III avait publié le décret du IVe concile de Latran (le palais de Latran, à Rome était à l’époque la résidence des papes) contraignant les Juifs à porter des vêtements différents des Chrétiens pour mieux les repérer.

Par Albert Bensoussan

C’est vrai, on nous dit qu’il ne faut pas regarder en arrière. Sous peine d’être pétrifié, entravé, paralysé et figéC’est l’avatar de la femme de Loth, inscrite dans la roche au-dessus de Sodome, et qu’on peut même prendre en photo.

Mais la Torah, qui est notre livre d’histoire — sainte ou pas — ne cesse de nous rapporter le nomadisme de ce peuple qui est devenu juif, définitivement, après la destruction du 2nd Temple. Et même du 1er. Avec toujours, malgré le mythe de Loth, ce regard en arrière dont la traduction psychologique s’appelle la nostalgie.

Pages 369 à 384, se trouve un article de Joëlle ALLOUCHE-BENAYOUN et Jean-Paul DURAND : Archives juives de Constantine (XVIIIe-XXe siècles).

Cet ouvrage broché de 852 pages est paru en coédition IRMC le 22 mai 2019, sous la direction de Karima Dirèche.

Il a pour objectif de faire l'état des lieux général d'un pays qui est sans doute un des moins étudiés des pays de la rive sud de la Méditerranée.
Soixante-quatre auteurs sont réunis ici pour pallier cette situation et offrir des clés de lecture pour saisir ce pays passionnant.

Sur le N°135 de la revue GénéaloJ d’automne 2018, est publié un texte de David Encaoua :

Des passeurs de pensée juive d'origine hispano-maghrébine

La couverture représente une menora en l'honneur du rab de Tlemcen (Ephraim Al Naqua), extraite de la page 25. 

L’article retrace l’itinéraire historique et intellectuel du 14e au 20e siècle de quatre membres illustres de la lignée Encaoua. Leur ville d’origine est Tolède en Espagne.

Le premier, Israël Al Naqua, périt brûlé vif sur le bûcher.
Son fils Ephraïm Al-Naqua, le Rab de Tlemcen, s’exila en Algérie.
La vie et les écrits d'Abraham Ankawatroisième de ces descendants au 19e siècle, témoignent de l’exigence de transmission des traditions juives castillanes.

Du 4 au 28 juillet 2019,"Aventure sépharade" raconte les péripéties des juifs sépharades d'exil en exil à travers une sélection de textes, chansons et musiques.

Le Festival Off d'Avignon est un festival alternatif de théâtre et du spectacle vivant. C'est l'un des plus grands festivals au monde de compagnies indépendantes

Présentation de la pièce de Alice Bismut, mis en scène par Alice Bismut 
De Babylone au Maghreb, de l'Espagne à l'Italie et aux Amériques... on se demande comment les juifs ont pu repartir de zéro à chaque étape et se relever à chaque fois des tragédies de l'exil tout au long de l'histoire tout en apportant une contribution créative aux arts, aux sciences et à l'humanité...

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN