logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

e-mail : morechet@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

 

Rejoignez nous
sur FACEBOOK !

 

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

La Kahéna, reine d'Ifrikia par Didier Nebot

Ce roman historique de 323 pages paru aux éditions Anne Carrière en 1998, évoque la Kahéna, reine berbère d’un petit royaume juif ayant résisté à la conquête arabe au VIIe siècle

Se fondant sur de nombreuses sources historiques, qu'il expose en annexe de ce roman, Didier Nebot reconstitue avec une force d'évocation rare la vie et les coutumes des tribus berbères au VIIe siècle.

Dans les Aurès, au VIIe siècle, la Kahéna fut la dernière avec sa tribu des Djéraoua à opposer ses armes à l'avancée des Arabes et de l'Islam.

Elle est l’ancêtre de la tribu judéo-berbère, qui au VIIème siècle, dans les Aurès (mais pas que là), s’opposa à Hassan, le chef des croyants, venu d’Arabie pour apporter la Bonne Parole.

De nombreuses familles juives d’Algérie, encore au début du XXème siècle, parlait avec nostalgie de cette "Judith" éclairée qui ne put résister aux conquérants arabes.

Si Didier Nebot s'attache à la figure exceptionnelle de la Kahéna, c'est aussi pour mieux relater cet épisode de la conquête arabe qui marqua un tournant décisif dans la destinée des pays du Maghreb.

Certes le temps passant, les juifs n’étant plus présents en Algérie, la Kahéna n’est connue que de façon anecdotique par le monde hébraïque.

Seuls les berbères, surtout ceux des Aurès, la vénèrent aujourd’hui et lui rendent régulièrement hommage. D’ailleurs de nombreuses filles, dans ces milieux, portent le prénom de "Kahina".

EXTRAITS DES SOURCES HISTORIQUES :

 

Sources historiques :

 IBN KHALDOUN ( XIV ème siècle)

 BAYAN ( 13 ème siècle)

EL BEKRI ( année 1068)

IBN EL ATHIR ( mort en 1233)

EL KAIROUANI ( 1681)

ADWANI, MUHAMMAD IBN MUHAMMAD ( Kitab el adouani)... Traduction Feraud 1868

EN NOWAIRI 1330  (Histoire de la Province d'Afrique et du Maghrib)... Traduction Baron de Slane 1841

1-Une partie des Berbères professait le judaïsme, religion qu’ils avaient reçue de leurs puissants voisins, les Israélites de la Syrie. Parmi les berbères juifs, on distinguait les Djéraoua, tribu qui habitait l’Aurès et à laquelle appartenait la Kahéna, femme qui fut tuée par les arabes, à l’époque des premières invasions. Les autres tribus juives étaient les Néfoussa, berbères de l’Ifriqiya, les Fendéloua, les Médiouna, les Behloula, les Rhiata et les Fazas, berbères du Maghreb el Aqsa.

 

2 - Parmi leurs chefs les plus puissants, on remarqua surtout la Kahéna, reine du Mont Aurès, et dont le vrai nom était Dahia, fille de Tabet, fils de Nicin. Sa famille faisait partie des Djéraoua, tribu qui fournissait des rois et des chefs à tous les berbères descendus d’El-Abter.

 

3 - Douée d’une grande beauté, elle était recherchée en mariage par les chefs les plus puissants. Elle repoussa les offres d’un jeune homme que son caractère cruel et ses habitudes de débauche lui rendaient particulièrement odieux. Son père, chef suprême de la tribu étant mort, ce fut ce prétendant évincé qui fut appelé à lui succéder. Il fit peser sur ses sujets la plus insupportable tyrannie.

La Kahéna forma le projet de délivrer son peuple du monstre qui l’opprimait. Elle annonça son mariage avec lui… Et elle lui plongea un poignard dans le sein. La libératrice fut immédiatement proclamée chef par ses compatriotes reconnaissants.

 

4 - Quand Hassan eut chassé les grecs, il séjourna quelques temps à Kairouan pour donner du repos à ses troupes. Ayant demandé aux habitants quel chef puissant restait encore en Ifriqiya, il lui fut répondu que la Kahéna exerçait un pouvoir tel que, s’il parvenait à la vaincre, il serait le maître absolu de tout le Maghreb.

Il se mit en marche vers l’Aurès. A la nouvelle de cette menace, la Kahéna descendit de ses montagnes à la tête d’une armée innombrable. Hassan fit halte près d’une petite rivière surnommée la Meskiana, et la reine s’avança aussitôt pour l’y rejoindre. Mais vu l’heure avancée de la journée, Hassan n’accepta pas la bataille. Les deux armées passèrent la nuit en selle.

A la pointe du jour elles se précipitèrent avec furie l’une contre l’autre. La Kahéna attaqua les musulmans avec une fureur extrême, elle les força à prendre la fuite après leur avoir tué beaucoup de monde, et les berbères restèrent vainqueurs.

 

5 - La terre suffit à vos besoins. Les Arabes recherchent les villes. Ils ont soif d’or et d’argent, ils veulent des maisons et des palais. Prenez du fer et des torches. Abattez les arbres, renversez, brisez et brûlez les édifices. Que l’ennemi ne trouve plus ni arbres ni abris. Si nous détruisons ce qu’ils recherchent, les Arabes ne viendront plus jusqu’à la fin des temps.

 

6 - Les berbères abandonnèrent la Kahéna pour faire leur soumission à Hassan. Ce général profita d’un événement aussi heureux, et ayant réussi à semer la désunion parmi les adhérents de la Kahéna, il marcha contre les berbères qui obéissaient encore à cette femme, et les mit en pleine déroute.

 

7 - La veille de la bataille la Kahéna dit à ses deux fils qu’elle se considérait comme morte, qu’elle avait vu sa tête coupée et offerte au grand prince arabe à qui obéissait Hassan.

 

8 - Le carnage fut tel que tous les musulmans s’attendaient à être exterminés. Mais Dieu étant venu à leur secours, les berbères furent mis en déroute après avoir subi des pertes énormes.

DIDIER NEBOT

Extraits des livres de Didier Nebot: " Les tribus oubliées d'Israel" et " La Kahéna"

Pour en savoir plus

http://bernarddarmon.unblog.fr/les-essentiels/histoire-des-juifs-dalgerie-la-kahena-par-didier-nebot/

Commentaires   

0 # David Bensoussan 23-04-2017 23:36
POUR DIDIER NEBOT
Disposerais-tu d'une transcription des sources historiques sur la Kahena à part Ibn Khaldoune et principalement ceux qui précèdent Ibn Khaldoun? e.g. El-Waqdi (mort en 822), par Abd el-Hekam (803-871) BAYAN ( 13 ème siècle); EL BEKRI ( année 1068); IBN EL ATHIR ( mort en 1233)à
et si possible les autres:

EL KAIROUANI ( 1681);ADWANI, MUHAMMAD IBN MUHAMMAD ( Kitab el adouani)... Traduction Feraud 1868;
EN NOWAIRI 1330 (Histoire de la Province d'Afrique et du Maghrib)... Traduction Baron de Slane 1841
Répondre | Répondre en citant | Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN