logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

e-mail : morechet@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

 

Rejoignez nous
sur FACEBOOK !

 

Calendrier

Octobre 2017
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

"Hommage à ma mère" par Didier Nebot

Ma mère nous a quittés le 9 mai 2017. Certes, elle eut une belle vie, certes elle était âgée de 97 ans, mais je voudrais lui rendre un dernier hommage, ici, avant que les affres du temps ne l'oublient à tout jamais.

Toujours à l'écoute (comme beaucoup de mères juives originaires "de là-bas"), toujours dévouée, elle alliait une humilité par trop extrême à une grande et belle compétence dans beaucoup de domaines.

Autodidacte elle pouvait traduire des versions latines (bien sûr en s'aidant du Gaffiot).

Son aide permit à mon fils (son petit fils) d'avoir 19 en latin, au bac. Elle était capable de réciter, il y a encore quelques semaines, par cœur, aussi bien les fables de La Fontaine que des tirades du CID de Corneille.

Comme pour toutes les mères juives, sa tchoutchouka ou ses bestels étaient les meilleurs du monde. Elle savait faire aussi à la perfection le filet en brioche ou le Koulibiac de saumon aux épinards.

Ma mère est née en 1919 à Castiglione, petit village, situé à 45 kilomètres d'Alger, non loin de la ville romaine de Tipaza. Au début du 20ème siècle, la famille MOATTI, celle de ma mère, était la seule famille juive de Castiglione.

Pourquoi Castiglione! Je vais vous livrer un secret de famille.Au moment de l'affaire Dreyfus, le 13 janvier 1898, le journal L'Aurore publie la lettre d'Emile Zola "J'accuse". Cette lettre provoque en Algérie de grandes manifestations antisémites menées par Max Régis, le maire d'Alger.

Le 22 janvier 1898, mon grand père Jacob et son frère jumeau Abraham se trouvent dans la casbah. Il y a alors une grande juivade, le slogan qui revient sans cesse : "A bas les juifs! Abrogeons le décret! Dreyfus traître!"

Mon grand père et son frère jumeau sont attaqués, ils se défendent. Il y a plusieurs victimes. Ils s'en sortent indemnes. Mais ils ont peur des représailles et ils s'enfuient jusqu'à Castiglione où ils vont désormais s'établir.

Voilà, merci maman, de là où tu es, avec ton mari, je sais que vous allez continuer à nous protéger

 

Commentaires   

0 # hubert 17-05-2017 23:11
Cet hommage qui ressemble tant à celui d'Albert Cohen pour "sa mère" ne peut laisser indifférent.
"L'ancienne vivante, allongée maintenant en grande oisiveté, pour toujours immobile. Nous sommes bien seuls tous les deux, toi dans ta terre, moi dans ma chambre, un peu mort parmi les vivants et toi un peu vivante parmi les morts."
Quand la Lumière jaillit du cimetière où nos ancêtres s'entêtent à mourir, traçant dans son sillage les ruelles de notre enfance, quand elle se lève comme un matin embrasé du ciel turbulent, , saches que la main explore les ténèbres et qu'elle peut tout dire. Ta passion des origines, Didier, est un Arbre qui te suit dans tes voyages et dans tes errances, tu le secoues et des rêves mûrs tombent dans ton sommeil comme les fruits de l'enfance.
Je ne l'ai pas connue, ni ses bestels ni son filet en brioche, mais quelle ressemblance avec la mienne ! Courage Didier, elle entendra ton Opéra depuis sa retraite montmartroise.
Amitiés. Hubert.
Répondre | Répondre en citant | Citer
0 # bentolila 21-05-2017 10:23
Didier
J'ai un souvenir plus qu 'ému de ta maman ....je me souviens , j'étais à Paris , pris d'une crise de colique néphrétique , mes parents absents....et les tiens pour me recueillir chez vous Av Mozart.
Merci encore à toute la famille
Répondre | Répondre en citant | Citer
0 # Isabel Luñansky 21-05-2017 11:06
Cher Didier!

Je ne peux pas rester indifférente à un tel message sensible...
Vous souvenez-vous toujours votre mère vous a donné l'amour...

Je vous embrasse depuis l'Espagne!
Isabel Luñansky
Répondre | Répondre en citant | Citer
0 # Levy 21-05-2017 16:38
Beau temoignage, sobre et émouvant ;
Je pense qu'on porte le souvenir de ses parents jusqu'à son dernier souffle ..

Amitiés
Guy
Répondre | Répondre en citant | Citer
0 # Henri 22-05-2017 11:41
Cher Didier, c’est un très bel hommage que tu rends à ta maman. Elle rejoint Saul Moatti, son dernier frère décédé le 28 janvier dernier à l'âge de 98 ans.
Amitiés, Henri
Répondre | Répondre en citant | Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN