logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

e-mail : morechet@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

 

Rejoignez nous
sur FACEBOOK !

 

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Le pogrom de Constantine en Algérie : 5 Août 1934

Le vendredi 3 août 1934, à Constantine, Eliahu Khalifa, alors ivre, en passant devant la mosquée Sidi Lakhdar, tient des propos injurieux à l’égard de musulmans en train de faire leurs ablutions. (Selon certaines sources E.Khalifa aurait uriné sur le mur de la mosquée).

Il s’en suit une rixe entre les musulmans et un groupe de juifs qui se trouvaient dans les parages.  Un musulman blessé par balle décède un peu plus tard. Le lendemain, les notables des deux communautés sont convoqués par le préfet pour calmer les leurs.

Mais la mort du musulman et une fausse rumeur annonçant l’assassinat de M. BenDjelloul, conseiller général, un des chefs arabes, déclenche le feu aux poudres.

Malgré le démenti et les appels au calme des autorités et des représentants de toutes les communautés, le 5 août des bandes armées envahissent le quartier du marché puis débouchent dans la rue Nationale où se trouvaient de nombreux commerces appartenant à des Juifs.

Armés de couteux, de matraques et de rasoirs (et même de quelques armes à feu) les arabes incendient les magasins juifs, pénètrent dans les maisons et égorgent leurs occupants, sous l’œil impassible de la police et des soldats pourtant présents mais qui avaient reçu l’ordre de ne pas intervenir.

Dans la rue les arabes font stopper les véhicules afin de rattraper les juifs qui tentent d’échapper au carnage.

Ce n’est que vers 16 heures qu’un bataillon de tirailleurs reçoit l’ordre de faire usage de ses armes après avoir reçu des cartouches. Ils mettent plus de deux heures pour rétablir le calme, mais le mal est fait et on dénombre 27 morts (2 arabes et 25 juifs, dont 5 enfants), près de 50 blessés et 200 magasins juifs saccagés ou incendiés.

Mais l’émeute, s’était propagée comme une trainée de poudre et elle toucha de nombreux villages des environs (certains à plus de cent kilomètres de là) : AïnBaïda, Bizot, Mamma-Plaisance, Jemmapes, Kroubs, Kenchala et même Bougie.

La vieille maison mauresque des Tenoudji-Cohen d’AïnBaïda fut saccagée, il y eut plusieurs blessés et de nombreux magasins pillés.  

Pour en savoir plus

http://sefarad.org/lm/028/leslie.html

http://akadem.org/medias/documents/Doc5_PogromConstantine1934.pdf

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN