logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

e-mail : morechet@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

 

Rejoignez nous
sur FACEBOOK !

 

Calendrier

Novembre 2017
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Ô Biskra - Une enfance algérienne, de Pierre-Philippe Barkats

Ce livre broché de 288 pages, est paru le  10 juin 2010 chez l’éditeur Balland, la préface est de  Tahar Ben Jelloun. Jean-Marie Gustave Le Clézio, dont le nom est cité sur le bandeau rouge du livre est prix Nobel de littérature 2008

Présentation de l’ouvrage

"Petit Pierre" (c’est le nom du héros), l’enfant de Biskra, une mythique oasis du Sahara algérien, est devenu avocat d’un grand cabinet américain. Pierre-Philippe Barkats revient avec émotion sur son enfance à Biskra : de 1954, date de sa naissance et début de la guerre, à 1962 où il part pour Nice avec sa famille.

La ville de Biskra des années 50 prend alors la forme d’un "paradis perdu" selon le mot de son préfacier, Tahar Ben Jelloun. Si la nostalgie est présente au fil des pages, il n’y a ni amertume, ni repli sur soi. Au contraire, le souvenir de cette enfance algérienne est, pour Barkats, un terreau fertile pour rêver à des retrouvailles franco-algériennes.

Le petit Pierre a vécu l'Algérie française et la décolonisation. Très jeune, il a entendu De Gaulle s'exprimer sur l'Algérie, peuplée de "Français à part entière et dotés des mêmes droits et des mêmes devoirs". Le petit Pierre raconte son enfance en Algérie, se souvient de la ville où il a grandi, Biskra, un lieu d'une beauté ensorcelante.

Cette histoire bouleversante, empreinte de nostalgie et de traumatismes de guerre, n'est autre que l'histoire de Pierre-Philippe Barkats, l'auteur.

Tous deux enfants de Biskra, amis et exilés, l'auteur et Jean-Marie Le Clézio discutent :

"- Et toi, dit J.M.G. Le Clézio, tu retournerais à Biskra ?

- Non.

 - Tu devrais écrire sur Biskra, Pierre. La guerre d Algérie n'a pas fini de nous troubler"»

Inspiré par l'oeuvre de son ami Le Clézio, ce texte pose la question de l'exil et de l'identité. Pierre-Philippe Barkats décide de retranscrire les images qui l'obsèdent depuis 50 ans.

Il remonte le temps, les souvenirs refont surface : la guerre d Algérie, les dattiers qu'il a plantés avec son frère, le henné des femmes, les visites chez les grands-parents, le cinéma, les habitants de Biskra...

Il revisite en pensée cette ville où il a vu le jour, retourne sur sa terre natale, l'Algérie de son enfance.

Ce témoignage très documenté, parsemé de photographies personnelles, sur fond de guerre d Algérie, nous parle de vies perdues au fond du Sahara, de déracinement et d'amour. À la manière de "Un sac de billes" de Joseph Joffo, ce texte montre la dureté de la guerre vue par un enfant.

Avec une tension narrative extraordinaire, ce récit jalonné de souvenirs, aborde les souffrances d'un peuple immigré, meurtri par la guerre d'Algérie, arraché à son milieu d origine. La voix du petit Pierre rejoint celle de tous les déracinés rongés encore aujourd'hui par ce conflit.

Biographie de l'auteur

Pierre-Philippe Barkats est un enfant de Biskra. Aujourd'hui avocat près la Cour Suprême des Etats-Unis, il vit à Washington avec sa femme et ses trois enfants.

Pierre-Philippe Barkats est l'auteur de Ma très chère Françoise, livre écrit en hommage à son père et à Françoise Giroud, rescapés de la Deuxième Guerre mondiale, dont l'un a formé une famille au fin fond du Sahara dans la capitale des dattes, Biskra - et l'autre, Françoise Giroud, a redéfini, notamment avec l'hebdomadaire L'Express, l'information juste, et aussi, comme secrétaire d'Etat sous Giscard, une certaine idée de la femme, et de la culture.

L'auteur a également publié chez Casterman une bande dessinée particulièrement appréciée des critiques et media. "O Biskra. Une enfance algérienne" est son troisième ouvrage.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN