Imprimer
Affichages : 745

Du 23/09/2016 au  22/01/2017, l’Institut du monde arabe (Paris) a dévoilé l’histoire et le charme de Biskra, oasis algérienne et terre d’élection d’artistes européens et américains au tournant du XXème siècle, à travers une exposition sans précédent.

Biskra, ville carrefour oubliée
Lieu d’échanges tant économiques qu’intellectuels et artistiques, Biskra a joué le rôle de "révélateur" chez de fortes personnalités du monde artistique à partir des années 1880. Située à quelques kilomètres de sources chaudes et accessible par chemin de fer dès 1888, l’oasis algérienne séduit et envoûte peintres, photographes, écrivains, musiciens et cinéastes, de l’orientalisme au futurisme : Eugène Fromentin, Gustave Guillaumet, Henri Matisse, Maurice Denis, Oscar Kokoschka, Henry Valensi…

Rendez-vous d’une avant-garde internationale, Biskra demeure une destination incontournable tout au long du XXème siècle. 

Un regard neuf sur un mythe oriental

Pensée par le commissaire Roger Benjamin, professeur d’Histoire de l’art à l’Université de Sydney, Biskra, sortilèges d’une oasis propose un regard neuf, dépourvu d’a priori historiques. L’exposition a révèlé une Biskra cosmopolite où les intellectuels se posent la question du rapport avec les Algériens.

L’histoire de cette ville unique, sans équivalent dans le monde arabe par l’impact qu’elle a eu sur la culture internationale ont été retracés grâce à de nombreux documents d’époque inédits.

Un dialogue des arts d’hier à aujourd’hui

A travers cette exposition, l’Institut du monde arabe a exploré les multiples facettes artistiques de Biskra. Muse de tous les arts, l’oasis algérienne a suscité une production foisonnante de photographies, peintures, cartes postales, romans, pièces de théâtre et films.

Grâce à des prêts internationaux, Biskra, sortilèges d’une oasis a présenté ainsi le chef-d’œuvre de Gustave Guillaumet, Habitation saharienne, qui n’avait pas été vu en France depuis plus d’un siècle.

La projection d’extraits du film "The Garden of Allah" avec Marlene Dietrich met, elle, en lumière une Biskra fantasmée jusqu’à Hollywood.

Loin pourtant d’appartenir au passé, la cité algérienne rayonne aujourd’hui de créations contemporaines nourries de ces souvenirs qu’elles font dialoguer avec une ville moderne en plein boom économique.

Sources de l’information

https://www.imarabe.org/fr/boutique/produit/biskra-sortileges-d-une-oasis
www.imarabe.org