logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

Le grand inquisiteur Tomas de Torquemada demande à Isabelle et Ferdinand d'expulser les Juifs d'Espagne

1478 - 2018 il y a 540 ans, alors que l’Inquisition médiévale vit ses dernières heures, Ferdinand V et Isabelle la Catholique fondent l’Inquisition espagnole, qui dura plus de trois siècles.

La particularité de cette institution est d'être sous le contrôle de l’Etat et non celle du Saint-Siège, même si celui-ci a donné son accord. Le contexte de la Reconquista donne des objectifs bien précis, orientés contre les minorités religieuses que sont les juifs et les musulmans.

Le changement dans le mode de nomination des inquisiteurs, institué par la bulle (décret) du 31 janvier 1482, entraîna la création de nouveaux postes, dans le nombre desquels figura Torquemada, de l'ordre des Dominicains.

De 1483 à 1498, nommé Inquisiteur Général, Tomás de Torquemada donne à l'Inquisition espagnole une importance et une puissance sans précédent. Particulièrement dirigée, à cette époque, contre les juifs et musulmans convertis (marranes et morisques)  l'Inquisition a laissé un souvenir terrifiant.

Extrait du livre "Les Bûchers d’Isabelle la Catholique" de Didier Nebot (sortie en librairie le 18 janvier 2018)

Quelques mois plus tard, sur la place Zocodover de Tolède…

Les "obstinés" fermaient la marche, entourés par une nuée de prêtres. L'un d'entre eux réussit à faire glisser son bâillon et hurla : "Honte à toi, Isabelle, et malheur à toi, peuple d'Espagne! Dieu ne te pardonnera jamais tes crimes envers le peuple juif." Il n'eut pas le temps de poursuivre, les geôliers s'acharnaient déjà sur lui à coups de fouet.

On jeta tout d'abord au feu les effigies des absents, puis les restes des hérétiques morts en prison ou décédés depuis longtemps. Les bourreaux s'occupèrent ensuite des vivants : ils étranglèrent, pour abréger leurs souffrances, deux hommes et trois femmes qui au tout dernier moment s'étaient repentis. Ils attachèrent  aux piloris les irréductibles.

Manuel, attaché au pilori voisin, put parler quelques instants à son frère :" C'est maintenant l'heure de vérité, mais il faut être confiant. Il est écrit dans l'Ancien comme dans le Nouveau Testament : " Tu ne tueras point et tu respecteras ton prochain."  Mais l'Église d'aujourd'hui semble l'avoir oublié. Quant à moi, je suis revenu au sein du judaïsme, et je m'en trouve apaisé"

Le macabre spectacle commença. Cependant il y eut tant de condamnés, ce jour-là, que l'on dut se résoudre à alimenter quelques bûchers, dont celui de Linda, avec du bois fraîchement coupé. Elle eut dans une certaine mesure de la chance, car elle suffoqua presque immédiatement et succomba avant même d'être atteinte par les flammes, à la grande déception de la foule.

Manuel aurait aimé la réconforter, mais elle était trop loin et déjà plus de ce monde. La chaleur devint insupportable, il se mit à souffrir atrocement, mais il voulait rester digne. Il banda ses muscles et dans un effort surhumain récita la prière des morts en hébreu. Il s'adressa ensuite à la foule: "Dieu vous pardonne.", dit-il, puis son corps se relâcha : il venait de rejoindre ses ancêtres dans l'éternité.

Pour en savoir plus sur l'ouvrage de Didier Nebot cliquer "ICI "

 
 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN