logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

- Comme elle dit ma mère
- L’été de mes 15  ans
- Interdit aux moins de 18 ans

Ces trois ouvrages d'Hubert Zakine doivent paraître en avril 2018 aux Presses du Midi.
 

 

 AVERTISSEMENT par Hubert Zakine

Pour ceux qui le savent pas, ce livre, il est écrit en pataouète. Alors, pas la peine de m’écrire pour me signaler  que ce n’est pas français d’écrire "on comprend pas" et qu’il faut écrire "on ne comprend pas". 

Je sais bande de babaos.  Je suis un auteur de Bab El Oued. 

C’est ce qui me différencie des autres écrivains. J’écris comme je parle et comme les gens de chez moi parlent. Et je dirais mieux j’écris comme je respire. 

Alors si vous préférez Lamartine à La Martoune, (personnage mythique de Bab El Oued) passez votre chemin.  

Mais si vous voulez savoir comment parlaient vos compatriotes d’Algérie, comment ils se comportaient dans la vie de tous les jours, lisez-moi braves gens de chez moi ou d’ailleurs. 

Ada ma canne et mon chapeau !

COMME ELLE DIT MA MERE

Raconter les premières années de la vie d'un chitane de Bab El Oued qui dit des gros mots en bas la rue mais qui s'essuie les mauvaises manières sur le paillasson avant d'entrer à la maison, c'est la meilleure façon que mes frères et moi on a trouvé pour que ma mère, elle meurt pas de mauvais sang toutes les cinq minutes

L'ultime récompense, c'est le sourire de ma mère le jour de ma bar mitzvah quand elle s'est retrouvée seule avec cette absence qui l'a accompagnée tout au long de la journée : mon père décédé en Décembre 1947

L'ETE DE MES 15  ANS.

je me souviens de mes premiers émois amoureux même si les jeux de mon âge  gardaient leur charme......la carriole, les noyaux, la savate etc.....et puis les copains de la rue  qui peu à peu, deviennent des  amis à la vie, à la mort.........et les réunions de famille qui se renouvellent chaque semaine, .....et ma famille dont l'aïeul Simon Ben Seman Duran grande figure du judaïsme d'Algérie sous le pseudonyme de Rashbaz, et le football des rues, l'ASSE, le GALLIA et le chauvinisme élevé au rang d'institution.....et....et....

INTERDIT AUX MOINS DE 18 ANS

Ca y est, on travaille tous les trois........ma mère ça lui fait tout drôle de payer rubis sur l'ongle.....veuve à 36 ans, si belle  que Marcel Carné voulait la faire tourner dans PEPE LE MOKO quand elle était jeune fille.....et puis,la cuisine de ma mère et de ses soeurs façonnée par la casbah judéo arabe entre kanoun et fourneau moderne....toute une palette de souvenirs qui jalonnent ma jeunesse, et la péripatéticienne au grand cœur....les jeux de l'amour et du hasard  sur l'avenue des bons copains....le sunset boulevard de l'amitié et puis le départ et puis les souvenirs.

Pour en savoir plus
http://hubertzakine.blogspot.fr/

 
 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN