Imprimer
Affichages : 351

Par Caroline Elishéva REBOUH.

Esther est couronnĂ©e reine de Perse le 1er de tevet de l'an 362 av. J.-C. Tableau d'Edwin Long, 1878. National Gallery of Victoria, Melbourne.Quelques mots sur le mois de Téveth qui a commencé pendant Hanoucca, vers la fin de la fête.  Certaines années, ce mois compte 29 jours et parfois 30. Téveth est le quatrième mois de l'année si l'on compte depuis tishri et le 10ème si l'on compte depuis le mois de nissan qui est le 1er mois de l'année pour la fixation des fêtes et des règnes (Talmud traité de rosh hashana 1a).
Téveth est un mois illustré par des évènements tragiques ou qui auraient pu l'être si D ne veillait pas sur Son peuple meurtri, malmené par de cruels occupants, c'est ainsi que :

- Le 8 de ce mois le roi Ptolémée qui désirait commettre des exactions sur le peuple juif et qui se "méfiait" de ce qui pouvait être inscrit dans la Torah réquisitionna 70 sages et chacun d'eux eut pour charge de traduire, en grec, la Bible, chacun des Sages étant sous bonne garde  (c'est ce que l'on appelle la Bible des Septante qui par miracle divin traduisirent dans la  langue de l'occupant, tout le texte mot pour mot sans qu'un seul ne diverge).

- Le 9 Téveth, commémore le décès d'Ezra et de Néhémia les Prophètes et

- Le 10 Teveth, eut lieu le début du siège de Jérusalem par Nabuchodonosor, cet évènement fut le prélude de tous ceux qui marquèrent le début de la destruction du Temple de Jérusalem.

- C'est également entre le 23 et le 29 Téveth qu'Esther fut présentée au roi Assuérus.

D'après la tradition, les jeûnes de Guédalia (3 Tishri) du 10 Téveth, du 17 Tamouz et du 9 Av seront transformés en jours d'allégresse à la venue du Mashiah.

Il faut toutefois préciser que tous les jeûnes peuvent être déplacés (avancés ou retardés) s'ils tombent un vendredi mais pas celui du 10 Téveth qui d'autre part ne tombera jamais ni un lundi ni un shabbat.  Ce jeûne commence 72 minutes avant le lever du soleil et se termine au coucher du soleil.

Le fait de jeûner implique de la part du "fidèle" de réfléchir sur ses actes et de se proposer ou de se préparer à un retour sur soi-même (Teshouva).