Imprimer
Affichages : 337

Du chapitre 17 de la Genèse, nous apprenons que Dieu dans son alliance "Berit" avec Abram ordonne à ce dernier, et aux mâles de sa maison, de se circoncire.

Dieu change le nom d'Abram en Abraham et celui de Saraï en Sara. Abraham et Sarah auront un fils, IsaacTous les mâles descendants d'Abraham seront circoncis le huitième jour de leur naissance. En échange, Dieu promet à Abraham une descendance nombreuse est un pays, le Pays de Canaan.  Ceux qui ne seront pas circoncis seront retranchés du Peuple d'Israël.

La circoncision à l'âge de 99 ans a été la septième épreuve d'Abraham.

La circoncision est parmi les 613 Mitsvot, l'une des trois qui portent le nom de « signe »(les deux autres sont le Chabbat et les Tefilines).

La circonstance est un événement heureux dans la famille, celui où la joie est la plus grande, parce que c'est la première Mitsva de l'enfant ; parce que le Saint-Béni-Soit-Il l’a consacrée en signe d'alliance entre l'individu et son Créateur, parce que cette Mitsva commence à un moment où l'enfant ne peut pas la refuser à huit jours, parce que la circoncision opérée, il n'est plus possible de revenir au stade antérieur ; et enfin parce que cette Mitsva se fait sur sa chair et qu'on ne s'en sépare plus une fois celle-ci accomplie.

Un père a le devoir de faire entrer ses enfants mâles dans l'alliance de Dieu par la circoncision, et au temps fixé par la Torah : le huitième jour. De même, le père a le devoir de choisir un circonciseur (mohel, מוהל en hébreu), qui lui paraisse le plus apte (de par sa piété, ses connaissances et son expérience) et deux parrains.

Au moment de la cérémonie de la  מִילָהבְרִית toute l'assemblée doit se tenir debout, à part le parrain qui tient l'enfant car il est dit ; « Tout le monde adhéra au pacte » (Rois II 23.3), mot à mot : « Tout le peuple était debout au moment de la Berit ».

Si l'enfant est malade, la circoncision sera repoussée. Si deux frères précédents sont morts des suites de l'opération de la Brit Mila, la circoncision sera reportée à plus tard ou à jamais, après avis médical.

 Remarquons cependant qu’aujourd'hui, avec des antiseptiques, les antibiotiques, les progrès de la médecine en général, et des connaissances médicales plus approfondies du Mohel  en particulier, on ne constate aucune suite tragique à cette petite intervention qui est une grande Mitsva.

On avait l'habitude de commencer la circoncision à 11h du matin même si le Mohel en avait plusieurs à faire le même jour, mais rien n'empêche de la commencer plus tôt, surtout si on veut accomplir dès que possible une Mitsva qui se présente.

Après la circoncision, on organise un repas de Mitsva (seouda Mitsva). La raison de ce repas se trouve dans le verset 8 du chapitre 21 de la Genèse.

Source de l'information

Le Livre de nos Coutumes, selon Ribach, Rachbats, Rachbach et R. Yehouda Ayache de Simon Darmon