logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

De Sydney Kadouch
Belcourt, comme Hussein-Dey, Kouba, Mustapha, Birmandreis, El-Biar, La Bouzaréa et Saint-Eugène, était un faubourg d'Alger. La population juive y était importante.

La synagogue Kaoua, Allée des Mûriers, ressemblait "curieusement" à celle de Nancy tant à l'intérieur que par sa façade, et pouvait contenir plus de 300 places. Cette synagogue avait été édifiée en 1900 en partie grâce à la générosité de la personnalité dont elle porte le nom.

On avait connu les Rabbins Kaoua (1946), Élie Morali (qui avait démissionné), Melloul (représentant de commerce aussi), Partouche et Sebbag (retrouvé plus tard à Grenoble).

L'administration était assurée par MM Sonigo Maurice, Baracassa, Achir Kadouch en fut l'administrateur durant quelques années, (fondant le mouvement de jeunesse juive de Belcourt), Sebbag. Le chamach était M. Edgar Seror (Grand-père de Jackie Boukaïa) ; il était aussi menuisier rue Médée. Les personnalités étaient : le Grand Rabbin A. Fingerhut, Elie Morali (le frère du dayan), Gaston et Samuel Morali (ses cousins), le Rabbin Aschel, Jacob Lalou (1871- 1963, ancien adjoint civil de Laghouat), Michel Lalou, "Mady" Cohen (qui faisait tous les pidyone), Robert  Coen, Touitou (receveur des T.A. et chamache), Lamiech, Benatouil.

Au Talmud Torah, on trouvait notre ami Isaac Fingerhut, MM Partouche, Mezrahi, Zmirou (ce dernier pédagogue reconnu, avait l'habitude de dire : la vie c'est comme une balle, si vous la lancez mal, elle vous revient sur la figure).

Des activités communautaires avaient lieu spécialement à Souccot, Hanoucca, Pourim, Lagh Baomer ; les enfants venaient nombreux et étaient enchantés. Pour les fêtes de Tichri, nombreux étaient ceux qui allaient à la synagogue de Kouba pour honorer le dayane Isaac Morali.

Le Grand Rabbin Fingerhut, notre Maître, qui habitait en contrebas de Belcourt, charmait les fidèles par ses discours et ses commentaires, le Chabbat.

Source de l'information

CHRONIQUES DES COMMUNAUTES JUIVES D'ALGERIE 
... AUJOURD'HUI DISPARUES (Edition Moriel) 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN