logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

e-mail : morechet@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

 

Rejoignez nous
sur FACEBOOK !

 

Calendrier

Novembre 2017
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Le 1er Pourim Edom - Pourim d’Alger (4 Héchan 5302 /24 octobre 2017)

Le 23 octobre 1541 (4 Héchan 5302), s'est produit à Alger un événement miraculeux, appelé le "Pourim d’Alger"

En 1492, les Juifs sont expulsés d'Espagne. Certains trouvent refuge en Afrique du Nord mais la menace de nouvelles persécutions pèse sur eux.

En automne 1541, Charles-Quint, petit-fils d'Isabelle la Catholique et de Ferdinand II d'Aragon, décide de mener une lutte sans merci contre l'Empire Ottoman.

Le 19 octobre, les Espagnols se présentent devant Alger avec une flotte impressionnante, décidés à prendre pied dans cette terre d’Afrique pour y chasser les Turcs. Le port d’Alger n’est pas habilité à recevoir de tels bateaux.

Charles Quint qui ne savait pas que la baie d’Alger était parsemée de petits rochers à fleur d’eau, invisibles à l’œil nu, qui se trouvaient à l’entrée du chenal. Ce qui était un avantage pour les corsaires d’Alger de l’époque qui pratiquait la Course, fut au contraire, un obstacle de taille pour une flotte de l’importance de celle des Espagnols.

Le 23 octobre, l’Infanterie débarque entre l’embouchure de l’Harrach et la ville, sur la plage du HAMMA. L’émissaire, envoyé par Charles Quint à Hassan Agha, revient sans avoir obtenu la capitulation du souverain.

Le 25 octobre, toute la troupe débarque, Alger est investie et l’ Empereur établit son quartier général près du marabout de sidi Yacoub à Koudiat Es Saboun (la colline du Savon) où fut élevé Fort l’empereur. La flotte bloque le port.

C’est alors que se produit un "miracle"

Le 25, dans l’après-midi, une tempête se lève et empêche le déchargement des subsistances et du matériel. Les soldats n’ont ni nourriture, ni tentes. Un grand nombre de navires sont détruits.

Le 26 octobre, une troupe turque, sort de la ville et enfonce les premiers postes mais elle doit se replier. Une seconde tentative subit également un échec.

La porte de Bab Azoun se referme devant les attaquants. Ponce de Savignac plante son poignard dans la porte.

La pluie, qui ne cesse de tomber, empêche l’utilisation des mousquets et transforme le sol en bourbier.

Le vent jette à la côte 140 navires et les équipages sont massacrés par les Arabes. Privés de nourriture, les soldats tuent les chevaux pour les manger.

Le 28 octobre, Charles-Quint , conscient de sa défaite, bat en retraite avec le reste de son armée. Le 30 octobre, la troupe arrive au cap Matifou, où quelques navires se sont réfugiés. Le départ se fait le 1er novembre.

La tempête reprend et la flotte doit faire relâche à Bougie. Là, les soldats sont accueillis par les Kabyles, alliés des Espagnols, Charles Quint ne regagne Carthagène qu’à la fin du mois de novembre.

Cette incroyable issue a, pendant des siècles, été fêtée le 3 et 4 Hechvan (23 et 24 octobre  2017), par un jour de jeûne à l'image du jeûne d'Esther suivi d'un jour de joie et de fête.

Ce sauvetage miraculeux fut appelé le "Pourim d’Alger"

 

Pendant que les débris des navires jetés sur la côte sont récupérés pour construire un pont, on raconte que le rav Bentoua, qui avait une synagogue à Alger, fabriqua une Téba avec le bois d’un des bateaux de l’Armada. Ce bois aurait également servi à l’armature d’un séfer Torah. Ce séfer Torah est resté 400 ans dans cette synagogue d’Alger.

Commentaires   

0 # serge027 20-11-2016 18:29
En plantant sa dague dans la porte Bab Azoun, Ponce de Savignac déclara: "nous reviendrons". Effectivement les espagnols sont revenus avec la conquête française de l’Algérie en 1830. Nous n'aimions pas ces espagnols qui étaient violemment anti-juifs!Nous chantions "avec deux sous de cacahuètes, le Roi d'Espagne il fait la fête"
Répondre | Répondre en citant | Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN