logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

e-mail : morechet@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

Rejoignez nous
sur FACEBOOK !

 

Calendrier

Décembre 2017
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

HISTOIRE

 

Avant l'Islam : des rives puniques au monde judéo-berbère (13e siècle avant J.-C. / 7e siécle)

                   L'Arc de triomphe de Titus, à Rome

En l’an 70 de notre ère, suite à la prise de Jérusalem par l’empereur romain Titus et la destruction du second Temple, de nombreux réfugiés juifs affluent en Afrique du nord, surtout en Cyrénaïque (pays situé à l’ouest de l’Egypte).

Les bas-reliefs de l’arc de triomphe bâti à Rome, en souvenir du triomphe de Titus, relatent le pillage des trésors du Temple. de Jérusalem emmenés en exil par l'armée romaine, en particulier le chandelier sacré à sept branches, la Ménorah.

 

Tombeau de Juba II et de son épouse Cléopâtre près de Tipaza

Au IIe siècle, on constate une expansion du christianisme en Afrique romaine ; les Kabyles et les Berbères sont alors majoritairement juifs et latinisés ; Tertullien, berbère latinisé converti au christianisme dénonce les cultes païens et le prosélytisme des juifs parmi les populations berbères ; la communauté juive de Carthage est la plus importante d’Afrique du nord ; des juifs réfugiés de Cyrénaïque s’installent dans le Touat (Sahara, 118-130).

Il se distinguealors, deux complémentarités : des Berbères se judaïsent et des Juifs se berbérisent», leur conjonction explique en partie la structure du judaïsme algérien, qui va résister aux persécutions des divers envahisseurs.

 

Ce lien entre les juifs et les berbères est incarné dans les mémoires par la figure légendaire d’une reine guerrière de la tribu des Djeraoua, la Kahena qui anima la résistance à l’invasion musulmane.

La conquête musulmane rencontre une résistance au Maghreb. Dans la mémoire collective, le lien entre les juifs et les Berbères est incarné par la légendaire figure de la "Reine juive" Dihya el-Kahina, de la tribu des Djeraoua, qui se rebelle contre le djihad, comme le décrira Ibn Khaldoun, un chroniqueur musulman, au XIVe siècle.

De 670 à 708 : conquête de l’Ifriqiya (Maghreb oriental) par la dynastie omeyyade ; Kahena, reine judéo-berbère, prend la tête des tribus des Aurès pour résister à l’invasion ; selon la tradition, cette reine guerrière sera victorieuse à deux reprises et règnera cinq ans sur l’Ifriqiya.
 

Dans son roman historique "Kahéna, reine d'Ifrikia" Didier Nebot reconstitue avec une force d'évocation rare la vie et les coutumes des tribus berbères au VIIe siècle. S'il s'attache à la figure exceptionnelle de la Kahéna, c'est aussi pour mieux relater cet épisode de la conquête arabe qui marqua un tournant décisif dans la destinée des pays du Maghreb. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN