logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

e-mail : morechet@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

Rejoignez nous
sur FACEBOOK !

 

Calendrier

Décembre 2017
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

MUSEE VIRTUEL

 

Biskra et les artistes (suite)

Béla Bartók

Béla Bartók (1881 – 1945), pionnier de l’ethnomusicologie, se rendit à à Biskra, en 1913, et y étudia de très près la musique arabe rurale traditionnelle, l'enregistrant sur son phonographe Edison.

De retour en Hongrie, le compositeur utilisa les mélodies et les rythmes de Biskra dans plusieurs de ses œuvres : Le quatuor n° 2, opus 17, composé en 1915-1917, dans la banlieue de Budapest, est créé dans la capitale hongroise en 1918.

Le 2e mouvement, inspiré de ses travaux de recherche ethnomusicologique en Algérie, intègre des éléments des rudes danses de Biskra.

Il s’agit d’un morceau extraordinaire par sa sauvagerie percutante, sa férocité, ses rythmes martelés et ses dissonances somptueuses. Cette musique riche de techniques instrumentales variées est devenue emblématique du style bartókien.

Il créé aussi la suite pour piano (1923) et un duo pour deux violons, le 12ème, intitulé comme il se doit danse arabe (1931).

Source de l’information

http://www.quatuormolinari.qc.ca/bartok.html

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN