logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

Lecture de la TORA : Terouma: Exode 25:1 - 27:19
LE BERGER, LA BREBIS, ET LES 70 LOUPS par Caroline Elishéva REBOUH
Cette section hebdomadaire de la Torah, traite du Mishkan : le Tabernacle. HaShem parlant à Moïse indique qu'IL désire que chaque membre du Peuple Juif offre quelque chose pour l'édification du Tabernacle.
Le mot Mishkan en hébreu s'écrit mem-shine-kaf-noun provenant de la racine trilitère shine-kaf-noune  ou voisin car D désire résider parmi Son peuple et être "voisin" et, pour employer une image pastorale pour illustrer la volonté de HaShem d'être parmi nous : il s'agit de construire une "cabane" pour Le Berger veillant sur Ses brebis entourées de 70[1] "loups".

Lecture : Exode 21,1 - 24, fin
LA LOI C'EST LA LOI par Caroline Elishéva REBOUH

Cette année est embolismique et donc, Shabbat Mishpatim ne sera pas, au contraire des autres années un shabbat spécial. Dans les synagogues on annoncera le premier mois d'Adar et, ce n'est qu'à la sidra de Vayak'hél, le 25 du mois d'Adar que commenceront les shabbatot particuliers : shekalim, zakhor, para, hahodesh….  Cette année ne présentera donc pas de double sidra. Ci-dessous un rappel sur ce point :

Chaque Shabbat nous lisons la parasha de la semaine mais il arrive dans le courant de l'année que nous ajoutions des extraits de la Torah que nous lisons par ailleurs dans l'ordre normal de leur apparition au long des chapitres du Pentateuque.

Exode 18,1 - 20, fin : La visite de Jéthro ; l'alliance du Sinaï ; les Dix Paroles.Chémot
JE CROIS CE QUE JE VOIS, par Caroline Elishéva Rebouh

Il est courant de constater que certains enseignements trouvent leurs racines dans les préceptes du judaïsme, ainsi lorsqu'un certain personnage de la chrétienté enseignait qu'il ne croyait que ce qu'il voyait c'est peut-être qu'il avait appris que dans le judaïsme les Sages de la Guemara enseignent à propos du décalogue (les Dix Paroles) dont il est question dans cette péricope que la vue et l'audition sont les deux sens qui permettent au Juif d'avancer et de progresser dans l'observance des commandements de la Torah.

Six parashoth[1] de la Torah portent des noms de personnages qui ne sont pas toujours des Juifs alors qu'aucune sidra ne porte le nom d'un prophète ou d'un patriarche et la raison n'est pas toujours claire.

Cette fois, la lecture hebdomadaire dans laquelle il est question de la station devant le Mont Sinaï et du don de la Torah porte le nom d'un homme qui n'est pas né juif mais idolâtre et qui plus est était prêtre idolâtre et qui, par la suite, a appris la Vérité et s'est converti pour se repentir et adorer HaShem dorénavant

Lecture de la Torah Bechalla'h : Exode 13.17, fin
La marche vers l'indépendance par Caroline Elishéva REBOUH

Boker tov (bonjour) à toi et à toi ! Nous sommes le 17 nissan 2448[1] ! Une effervescence peu commune règne dans toutes les maisons juives du pays de Goshen ! Tout le monde s'affaire, on charge les ânes, les chariots, tout ce qui peut porter de grosses charges. Un vent de liberté souffle sur toute la communauté.

Nous sommes arrivés avec notre aïeul Jacob et tous nos biens mais, tout-à-coup, un jour, après que le roi d'Egypte ait craint que nous ne nous soulevions contre lui, le joug de l'esclavage est tombé sur nous et nous nous sommes retrouvés, au fil des années, opprimés et oppressés, réduits en esclavage et dans un dénuement complet !

Lecture de la Torah : Exode 6.2 - 9, fin
Les sept premières plaies par Caroline Elishéva REBOUH 
Après la première visite de Moïse accompagné d'Aharon au palais de Pharaon, les Anciens sont venus trouver les "Envoyés de D" pour leur adresser de sévères récriminations : "Depuis que vous vous êtes improvisés envoyés d'HaShem, tout va encore plus mal pour le peuple tout entier ! Vous aviez annoncé que nous allions être libérés et, bien au contraire, les officiers de Pharaon exigent de nous non seulement que nous continuions à fabriquer des briques mais, ils exigent à présent que nous allions nous-mêmes nous approvisionner en paille mais encore, que nous fabriquions quotidiennement 400 briques !

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN