logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

e-mail : morechet@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

Rejoignez nous
sur FACEBOOK !

 

Calendrier

Novembre 2017
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Médiathèque

 

Joëlle Allouche-Benayoun

 

 Chercheur au CNRS (Groupe Sociétés, Religions, Laïcités) et Docteur en Psychologie sociale (Université Paris XII).

Auteur de nombreux ouvrages, co-auteur avec Doris Bensimon de : "Les Juifs d'Algérie - Mémoires et identités" (éditions Cerf-Stavit, 1999)

 

 

 

Par son histoire comme par sa spécificité culturelle, la communauté juive d'Algérie constituait une entité vivante aux coutumes et au patrimoine peu connus. A travers les étapes universelles de la vie sociale et personnelle (naissance, enfance, mariage, deuil...) c'est tout un matériau religieux, rituel, culturel... profondément enfoui, que les auteurs mettent au jour, avec l'aide attentive de leurs interlocuteurs.

Un pan de l'histoire de l'Algérie se dévoile ici, à travers deux mille ans vécus sur cette terre par une minorité aujourd'hui quasiment ré-enracinée en France. La mise en perspective de l'histoire et du mode de vie de cette communauté avec l'histoire de l'Afrique du Nord, l'histoire de la France depuis deux siècles et le destin du peuple juif, démultiplie l'intérêt de cette étude analysant les divers aspects du passage de la tradition à la modernité.

Cet ouvrage est aussi un témoignage sur les difficultés et les possibles réussites de tout processus de migration.

Biographie de Doris Bensimon (1924 - 2009)

Sociologue, elle a été professeur à l'université de Caen, à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Paris), ainsi que membre du Groupe de sociologie des religions (IRESCO/CNRS). 

Spécialisée dans l'étude des judaïcités contemporaines, elle est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages dont L'Evolution du Judaïsme marocain sous le Protectorat français, 1912-1956, Paris-la Haye, 1968 ; Immigrants d'Afrique du Nord en Israël, Paris, 1970 ; L'Intégration des juifs nord-africains en France, Paris-la Haye, 1971 ; Les Juifs de France et leurs relations avec Israël, Paris, 1989.
 

Biographie de Joëlle Allouche-Benayoun

Maître de conférences en psychologie sociale à l'université de Paris XII, Val de Marne, et chercheur au Groupe des religions et de la laïcité (IRESCO/CNRS), est l'auteur de plusieurs ouvrages.

Elle a également publié plusieurs articles sur la problématique de l'identité et la place de la femme dans la société, dont Une histoire d'intégration, les juifs d'Algérie, Paris, 1994 ; Femmes et judéité, Paris, 1993, Conversions au judaïsme et enjeux de mémoire, une affaire de femmes, Genève 1998.

 

         

Scolarisation des Juifs d’Algérie - L’école, un outil d’acculturation

Le texte qui suit est tiré de l’ouvrage de Joëlle Allouche-Benayoun et Doris Bensimon, Juifs d’Algérie, hier et aujourd’hui (Privat, 1989).


Les auteurs montrent combien l’école devient le "principal agent de francisation de la population juive d’Algérie" dès le début de la colonisation française.

 

 

Extrait :

"...Dans la société traditionnelle juive, les garçons n’étaient pas analphabètes : dès le plus jeune âge, ils apprenaient à déchiffrer l’hébreu ; la discussion des textes sacrés formait leur intelligence. Mais cet enseignement traditionnel répandu en Algérie perdra son prestige et cédera peu à peu la place à la scolarisation selon le modèle français. Dès 1832, des écoles juives dispensant un enseignement en français furent ouvertes dans les principales communautés d’Algérie. Selon le rapport Altaras, en 1842, 794 garçons et 52 filles les fréquentaient. Par ailleurs, dès 1833, l’administration française organisa l’instruction primaire. Cependant, en Algérie comme d’ailleurs en métropole, l’enseignement public pendant ce XIXème siècle est surtout dispensé par les congrégations catholiques : quelques Juifs fréquentent toutefois ces écoles, mais se méfient de l’esprit missionnaire.
En 1845, la création d’écoles juives prises en charge par l’Etat constitue une étape importante dans la scolarisation selon le modèle français de l’époque. Garçons et filles les fréquentaient avec assiduité..."

 

Joëlle Allouche-Benayoun et Laurence Podselver :

, Les mutations de la fonction rabbinique, éditions Observatoire du Monde juif, Paris, 2002

  http://obs.monde.juif.free.fr/pdf/rabbins.pdf

 

Sept conférences sur Akadem :

  1. Parenté, genre et transmission. Trajectoires familiales et individuelles

  2. La pluralité de l'offre religieuse

  3. Le changement dans la continuité

  4. Sociologie des convertis au judaïsme

  5. Former les rabbins de France 

  6. Pourquoi devient-on juif?

  7. Les couples mixtes et la synagogue

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN