logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

e-mail : morechet@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

Rejoignez nous
sur FACEBOOK !

 

Calendrier

Décembre 2017
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

ATLAN Pierre :

Témoignage de Pierre Atlan
Nous reproduisons ici le texte original en anglais ,puis la traduction en français par l’auteur
 Témoignage de Pierre ATLAN en anglais
  In plain English I am going to tell you the story as I remember it and witnessed it.
  During the war, the BBC sent coded messages every night, around 8 pm. when people sat around and listened to the radio to hear the news of the day. Depending how many air drops were going to be in an area, the message would be repeated the number of times. In this case, on November 6, 1942, after the introduction, the BBC message was:
"ICI LONDRES. (Big Ben was chiming in background) Message " CE SOIR NOUS ALLONS BOIRE DU RHUM ET DU COCA COLA. Je répète "CE SOIR NOUS ALLONS BOIRE DU RHUM ET DU COCA COLA."
This meant that the next day, November 7th, the Americans and the British would land in Algiers.
Upon hearing the message, my father and commrades gave the order to Assemble all the troops and most of the people had to be placed in different locations for safety factor. That means during the day of Nov. 7th, each group leader (HERE ARE SOME OF THEM .)
.Emile Atlan, Raphael Aboulker, Jose Aboulker, Germain Libine, _____Guich, Roland Zermati, Jose Kaeida, (and many more) went in the street and found each of their group members. Each group was comprised of 4 people and they had no knowledge of people in other groups. In this case they all assembled at the Atlan’s apartment (3rd floor) at 11 rue Bab Azoun. The same building was the residences of the Abouker’s (4th floor) because it was a perfect location in case the French Vichy Police tried to enter the building there were 2 entrances to the building (1 on Casbah side; 1 on rue Bab Azoun)
Starting around 6 pm on Nov 7th each group leader brought their group to our apartment and told them to stay put because the Landing would take place the night of the 7th and several members were amazed to discover that their father, brothers, cousins, or best friends belong to the same organization, Group Geogras (comprised of 377 people of which 1 Arab; 367 Jews, 9 other persons. Most of these people I knew) without their knowledge. While waitin, my mother fed everyone and also gave each of them a gun or rifle with ammunition supplied from the Atlan Gun Store. My mother, a courageous woman, hid all of the guns under the roof of the building in case the police showed up at our house. The roof was a safe hiding place.
Around 11 p.m., Nov. 7th, it was time to leave and each group had an assignment. They went down to the street and assembled in Ploton and marched to their assigned positions. When the group turned to go to the Prefecture to seize Prefet, the Police Commissioner, a truck passed by and the engine misfired, sounded like a machine gun going off. My mother screamed and said "they are all dead." She couldn't see them but, the night went on and around 1 a.m., Nov. 8th loud canon explosions started, vibrating the whole city and went on for several hours. That was the American and British Naval ships bombarding the German submarines and airplane at sea as they were trying to attack the convoy.
By midnight, Nov 7th, all of the Police Posts, Prefecture, Grand Post, Radio stations, and Army Posts were under the command of the Underground.
Admiral Darlan and General Juin were arrested and under the command of the Underground. My father and his commrades took possession of the Prefecture and arrested the Prefet, Emanuel Temple, who said to my father, "you young man you are making a big mistake. Tomorrow you will be hung." My father responded, "I don't think so." And on my father's right side, was another commrade, Andre Achiari, who was the Chief of Police, and he said to my father, "kill him." My father refused to kim him and Andre Achiari said to my father that he "was making a big mistake." (Note: Mr. Achiari was right because after the war, Emanuel Temple became the Minister of the War for the French Government. In 1955 when my father and his commrades were standing up to receive their medals (Croix de Guerre avec Palmes, Medaille Militaire) I was a photographer at that time taking the pictures of the event and Emanuel Temple, Minister of Defense was suppose to pin the medal on my father and as soon as he recognized my father, he turned away. The 2 Generals who were with Mr. Temple, came forward and placed the medals on my father's chest and one of the Generals said to my father, "it's amazing, I was under your command at the Prefecture and here I am putting the medal on your chest, it should be the opposite." The 2 Generals were actually held the rank of Colonel and they were under my father's command.
On Nov 8th around 1:30 a.m. when the canons were pounding, it was obvios that the Americans and British were on the way to land on the coast. My father and his men left the Post they were guarding and went to help the Americans and show them to various Army Posts they were securing. Since Sidi Feruche beach front was the main landing for the Americans and was 18 km from Algers. My father and his colleage rode their bike to meet the Americans halfway and showed them to go Fort L'Empeur, the heaviest military base on top of the mountain which overlook the city of Algers.
My father returned home after completing his mission at 4:30 a.m., wearing an American yellow life jacket, proving that the Americans were on land.
It is now, November 8th 8 a.m. We are in the street with my mother on Blvd de Republique which faces the harbor watching 1000's of trucks filled with U.K. soldiers traversing the city to go directly to the Sahara and Tunisia.
By the end of the morning, General Eisenhower along with Admiral Darlan and General Juin went to the Tomb of the Unknown Soldiers to lay down a wreath.
That was the greatest insult on the American and British part to collaborate with the Vichy Government. Immediately the Underground printed flyers and threw them from the top floors of all the buildings landing in the Square where the monument was. One flyer fell in front of Admiral Darlan and he picked it up and read it. The message said "DARLAN IS A TRAITOR AND SHOULD BE KILLED."
Darlan ordered his troop to seize and arrest any Underground members they could find. 28 Underground members were arrested including Emile Atlan, and 27 of his comrades. They were placed in a secret prison and the military jail for execution. There was no time to waste. My mother went to see General Eisenhower and he said "he washed his hands because that was the French's decision to make." She then went to see the British Commander in charge and he said he same thing. She also went to see a French Colonel who was Pro-Vichy and he replied, "Madame, if you were not a woman I would have kicked you in the ass with my foot." My mother responded, "I am glad you didn't decide to do that with you 2 feet because you would be sitting on your ass on the ground." And she walked away and decided to go kill Darlan since she was a sharp shooter.
The word went around and a young man, a communist by the name of Bonier de La Chapelle (his father was the owner of L'Ecole D'Alger, the #1 newspaper who was Pro-Nazi) The young man took his gun and killed Darlan with 6 bullets to his head.
At the meantime, my mother went to see the Canadians and the Captain in charge said, "Madame you don't have to worry about anything, I will take care of it."
At that time, my mother wanted to be sure that my father and his friends were still alive. My father and father had agreed to a signal before hand should he arrested. The military prison has a secret department that doesn't allow any prisoners to be visited by anyone because they are on death row. My mother figured it out that she couldn't see anyone but, if she brought 10 lbs of oranges, enough for all of the 28 captured, she would pass a message and get the answer. She offered the guard a couple of oranges for himself and asked him to pass the oranges to the prisoners. The guard returned and was surprised. He said "all these men don't like oranges and returned all of the oranges." She then knew they were all alive and continued to bring oranges to them eveyday for the next 2 weeks until the trial date.
On the day of the trial, the Canadian Captain had his men surround the courthouse. He walked into the court and spoke to the Judge. The Judge told him he had no business to be there and that he would be reprimanded if he didn't leave as he had no business to be in a French court. The Canadian Captain spoke french fluently and told the Judge, "if I were you, 1st of all I would open all these windows and look outside." The Captain had ordered his men to open all the windows and the Judge was surprised to see machine guns pointing at him from every angle and the Captain said, "if you condemn any of these men you and all the people in the courthouse will be shot. No one will survive and you will be dead too. He told the Judge, the call is yours".
The Judge immediately released all 28 prisoners and ordered them to rejoin their regiment who were assigned to fight the Germans in Tunisia, called the Meridge near Tebassa, the door to the Sahara Dessert where Rommel and his force started fighting the British and the Americans. These 28 mens did get any rifles and guns, but only picks and shovels to dig trenches.
My father told us when we returned home that when he was on firing line he saw the American Marines do what they do best like in the movies. The stand up and lead the charge and they are killed by the German machine guns. But during the nights, the Americans were watching movies like in drive-in movies in America and the french soldiers use to g watch the movies too and eat candies. SEveral weeks passed and De Gaulle arrived in Algers and etablished his head quarters and it was time for the Free French to go fight for real.
The 28 prisoners immediately killed a dog and used his teeth to bite each other and pretend that the dog bite them and they got rabies
Immediately the doctor released the soldiers home to Algers to the hospital by train and the men jump off the train and went to De Gaulle headquarters. Germain Liebine was a famous boxer at the time,6 foot 5 and he went to De Gaulle's headquarters and sat down in front on the door and when De Gaulle opened the door he said to the general, "I am your body guard and I will never leave your side and he never did."
Each of the members for the underground went to the War and participated in the Landing in Sicilym Italy; Normandie
There's more to the story if you need to know but you must stay factual and tell what happened.
Pierre Atlan
Traduction en francais.....
NDLR La traduction en français a été effectuée par l’auteur.Elle comportait un certains nombres d’erreur de traduction, d’orthographe ou de syntaxe.Pour la meilleur compréhension du texte nous sommes efforcés d’un corriger la plus part.

Excusez mon français. Voici plus bas la véritable histoire du débarquement.
Malheureusement, mon français n'est pas aussi bon qu'il devrait l'être et il ya les fautes de frappe et les erreurs grammaticales.. En clair, Je vais vous raconter l'histoire telle que je m'en souviens et dont j’ai été témoin:
Pendant la guerre, la BBC a envoyé des messages codés tous les soirs, autour de 20 heures, pendant que les gens étaient réunis,assis autour de la radio et écoutaient pour entendre les nouvelles de la journée. Selon le nombre de largages aériens qui allaient être opérés dans une zone, le message était répété autant de fois. Dans ce cas, le 6 Novembre 1942, après l'introduction, le message de la BBC était :
"ICI LONDRES. (Big Ben sonnait en arrière-plan) Message "Ce Soir NOUS Allons BOIRE ET DU RHUM DU COCA COLA. Je repete"CE SOIR NOUS Allons BOIRE ET DU RHUM DU COCA COLA. "
Cela signifiait que le lendemain, 7 Novembre, les Américains et les Britanniques allaient débarquer à Alger.
Après avoir entendu le message, mon père et ses cammarades ont donné l'ordre d' assembler toutes les troupes et la plupart des hommes ont dû être placés dans des endroits différents pour raisons de sécurité. Cela signifie que pendant la journée du 7 novembre, chaque chef de groupe (VOICI CERTAINS D'ENTRE EUX ... Emile Atlan, Raphaël Aboulker, José Aboulker, Germain Libine, _____ Guich, Roland Zermati, Jose Kaeida, et beaucoup plus) est allé dans la rue et a retrouvé chaques membres de leur groupe. Chaque groupe était composé de 4 personnes et ils n'avaient pas connaissance des personnes des autres groupes. Dans ce cas, ils étaient tous réunis à l'appartement des Atlan (3ème étage) situé au 11 rue Babazoun. Le même bâtiment était la résidence des Abouker (4e étage). C'éatitl était un emplacement idéal dans le cas où le la police française de Vichy aurait tenté de pénétrer dans le bâtiment car il y avait 2 entrées (1 sur le côté Casbah, 1 rue Bab Azoun).
À partir d'environ 18 heures le 7 novembre, chaque chef de groupe a conduit son groupe à notre appartement et leur ai dit de rester sur place parce que le débarquement aurait lieu la nuit du 7; et plusieurs d'entre eux ont été surpris de découvrir que leur père, frères, cousins, ou mieux amis appartiennent à la même organisation, le Groupe Geo Gras (composé de 377 personnes dont 1 arabe; 367 Juifs, 9 autres personnes).Je connaissais la plupart de ces gens sans qu'ils le sachent. En attendant, ma mère nourrissait tout le monde et également donnait chacun d'eux un fusil ou une carabine à balles fournies par le magasin d'armement Atlan. Ma mère, une femme courageuse, avait caché toutes les armes sous le toit de l'immeuble au cas où la police aurait inspecté le haut de notre maison.Le toit était une cachette sûre.
Vers 11 h, le 7 novembre, il était temps de partir et chaque groupe avait une mission. Ils descendirent dans la rue et assemblés en ploton et marcherent vers leur poste. Lorsque le groupe tourna pour aller à la préfecture pour s'emparer du préfet et du commissaire de police, un camion est passé et a eu des ratés;il résonnait comme une mitrailleuse en fin de tir. Ma mère a crié et dit: «Ils sont tous morts." Elle ne pouvait pas les voir, mais, la nuit passa ainsi jusqu'à 1 heure, le 8 novembre quand de fortes détonations de canon commencerent, faisant vibrer la ville entière et continuèrent pendant plusieurs heures. C'était les navires américains et britanniques qui bombardaient les sous-marins allemands et les forces aéro-navales alors qu'ils tentaient d'attaquer le convoi.
A minuit, le 7 novembre, tous les postes de police, préfecture, la Grande Poste, les stations de radio, et les messages de l'armée étaient sous le commandement de la resistance. L'amiral Darlan et le général Juin ont été arrêtés et placés sous le commandement de la resistance. Mon père et ses cammarades ont pris possession de la préfecture et arrêté le préfet, Emanuel Temple, qui a dit à mon père: "Vous jeune homme, vous faites une grosse erreur. Demain vous serz pendu." Mon père a répondu, «Je ne crois pas." Et à la droite de mon père,il y avait un autre cammarade, André Achiari, qui était le chef de la police, et il a dit à mon père, "tuez-le." Mon père a refusé de le faire et André Kim Achiari dit à mon père qu'il «commetait une grosse erreur." (Note: M. Achiari avait raison parce que, après la guerre, Emanuel Temple est devenu le ministre de la guerre pour le gouvernement français en 1955, quand mon père et ses companions étaient debout pour recevoir leurs médailles (Croix de Guerre with Palmes, Médaille Militaire. ,J'étais photographe à l'époque et j'ai pris les photos de l'événement et Emanuel Temple, ministre de la Défense, a été désigné pour épingler la médaille à mon père et dès qu'il a reconnu mon père, il se détourna.Les deux généraux qui étaient avec M. . Temple, s'avançerent et placerent les médailles sur la poitrine de mon père et l'un des généraux a dit à mon père, "c'est incroyable, j'étais sous votre commandement à la Préfecture et là je suis en train de vous accrocher la médaille sur la poitrine,ce devrait etre le contraire. " Les 2 généraux avaient effectivement détenu le grade de colonel et ils avaient été sous le commandement de mon père.
Le 8 novembre vers 1h30 du matin lorsque les canons ont été battre la chamade, il était clair que les Américains et les Britanniques étaient sur lle point d'accoster. Mon père et ses hommes ont quitté le poste qu'ils occupaient et se rendirent au secours des Américains pour leur indiquer divers postes armés qu'ils avaient sécurisés.
La plage Sidi Feruch fut le lieu de débarquemente principal pour les Américains ,située à 18 km de Alger. Mon père et son collègue roulérent à vélo à la rencontre des Américains et à mi-chemin et leur indiquerent d'aller Fort L'Empeur, le plus importante base militaire sur le dessus de la montagne qui surplombe la ville de Alger.
Mon père est retourné à la maison après avoir achevé sa mission à 04h30, vêtu d'un gilet de sauvetage américain jaune, ce qui prouve que les Américains avaient débarqué.
Nous sommes maintenant le 8 Novembre à 8 h . Nous sommes dans la rue avec ma mère sur le boulevard de République, qui donne sur le port en train de regarder un millier de camions remplis de soldats britanniques traversant la ville pour aller directement vers le Sahara et la Tunisie.
À la fin de la matinée, le général Eisenhower avec l'amiral Darlan et le général Juin sont allé sur la tombe des soldats inconnus pour y déposer une gerbe de fleurs.
Ce fut la plus grande insulte de la part des américains et britanniques de collaborer avec le gouvernement de Vichy. Immédiatement, les tracts imprimés clandestinement furent jetés depuis les étages supérieurs de tous les bâtiments pour arriver à l'endroit où se trouvait le monument . Un tract est tombé aux pieds de l'amiral Darlan , il le ramassa et le lut. Le message disait: «Darlan est un traître et doit être tué."
Darlan ordonna à ses troupes de saisir et d'arrêter les membres des résaux clandestins qu'ils pouvaient trouver. 28 membres ont été arrêtés, y compris les résistants Emile Atlan, et 27 de ses compagnons. Ils ont été placés au secret dans la prison militaire pour être exécutés.. Il n'y avait pas de temps à perdre. Ma mère est allée voir le général Eisenhower et il a lui dit "qu'il s'en lavait les mains, parce que c'était une décision à prendre par les français." Elle est alors allée voir le commandant britannique en charge et il lui a dit la même chose. Elle est aussi allée voir un colonel français qui était pro-Vichy et il a répondu: «Madame, si vous n'étiez pas une femme, je vous aurais donné un coup de pied dans le cul ." Ma mère a répondu: «Je suis contente que vous n'ayez pas décidé de le faire avec vos 2 pieds parce que vous seriez assis sur votre cul par-terre." Et elle s'en alla et décida d'aller tuer Darlan car elle était un tireur d'élite.
Le mot a fait le tour et un jeune homme, un communiste sous le nom de Bonier de La Chapelle (son père était le propriétaire de L'Echo d'Alger, le journal qui était le plus pro-nazi) Le jeune homme prit son fusil et tua Darlan de 6 balles dans la tête.
En attendant, ma mère est allé voir les Canadiens et le capitaine responsable qui lui a dit: «Madame vous n'avez pas à vous soucier de quoi que ce soit, je vais m'occuper de cela."
A cette époque, ma mère voulait être sûr que mon père et ses amis étaient encore en vie. Mon père et ma mère s'étaient entendus d'un signal de la main avant qu'il soit arrêté. La prison militaire disposait d'un département secret pour empêcher les prisonniers d être visités par n'importe qui, parce qu'ils étaient dans le couloir de la mort. Ma mère fit mine de ne vouloir voir personne en particulier, mais, qu'elle apportait 10 lbs d'oranges, assez pour les 28 prisonniers. Elle pourrait ainsi passer un message et obtenir la réponse. Elle a offert au gardien deux oranges pour lui-même et lui a demandé de passer les oranges aux prisonniers. Le gardien s'est retourné et a été mystifié. Il a déclaré: «tous ces hommes n'aiment pas les oranges et rendu toutes les oranges." Elle savait alors qu'ils étaient tous vivants et a continué d'apporter des oranges tous les jours pendant les 2 semaines suivantes, jusqu'à la date du procès.
Le jour du procès, le capitaine canadien plaça ses hommes autour du palais de justice. Il est entré dans la cour et a parlé à la juge. Le juge lui a dit que ce n'était pas son affaire d' être là et qu'il serait sanctionné s'il ne se retirait pas, carl n'avait pas à être dans un tribunal français. Le capitaine canadien parlait couramment le français et a dit au juge, "si j'étais vous, la première chose que je ferai ce serait d'ouvrir toutes ces fenêtres et de regarder à l'extérieur." Le capitaine ordonna à ses hommes d'ouvrir toutes les fenêtres et le juge fut surpris de voir des mitrailleuses pointant sur lui sous tous les angles et le capitaine a dit, "si vous condamnez un de ces hommes , nous tirons sur vous et tous les gens dans le palais de justice é . Personne ne survivra et vous serez tué vous aussi. Il a dit au juge, « la décision vous appartient"
Le juge a immédiatement libéré tous les 28 prisonniers et leur a ordonné de rejoindre leur régiment qui t été affecté à combattre les Allemands en Tunisie, en un lieu appelé le Meridge près deTebassa, la porte de la désert du Sahara, là où Rommel et sa force ont commencé à combattre les Britanniques et les Américains. Ces 28 hommes voulaient obtenir des fusils et des pistolets, mais n'ont reçu que des pelles pour creuser des tranchées.
Mon père nous a dit, quand nous sommes rentrés chez nous, que quand il était sur le front, il a vu les Marines américains se comporter au mieux, mieux comme dans les films. Se lever et mener la charge et se faire tuer par les mitrailleuses allemandes. Mais pendant les nuits, les Américains ont regardé des films comme dans les cinémas dans les voitures en Amérique et les soldats français utilisent à g regarder les films aussi, et manger des bonbons. Plusieurs semaines passèrent et De Gaulle arriva à Alger et y établit son quartier général. Il était temps pour les Français libres d’aller se battre pour de vrai.
Les 28 prisonniers tuèrent immédiatement un chien et utilisèrent ses dents pour se mordre les uns les autres et faire semblant que la morsure de chien leur avait fait avoir la rage. Immédiatement le médecin libéra soldats vers leur maison à Alger et vers l'hôpital par le train . Les hommes sautèrent du train et se rendirent au quartier général de De Gaulle . Germain Liebine qui était un boxeur célèbre à l'époque, de 6 pieds 5 ,il est allé au siège de De Gaulle et s'assit en face de la porte et quand De Gaulle a ouvert la porte, il dit au général: «Je suis votre garde du corps et je serai toujours à vos côtés , ce qu'il a fait. "
Chacun des membres de ce réseau est allé à la guerre et a participé au débarquement en Italie Sicile; Normandie
II y a plus à dire à cette histoire, si vous désirez en connaitre plus , vous devez rester factuel et dire ce qui s'est passé
Pierre Atlan
Nous publions ici quelques documents originaux de cette époque avec l'aimable autorisation de Madame Paule Atlan, soeur de Pierre Atlan

 

Emile Atlan, le père de Pierre Atlan qui a participé avec lui à l'opération

(Il a été assasiné par le FLN le 1er septembre 1956)

 

Décorations d'Emile Atlan

Medaille Militaire et Croix de Guerre avec Palmes                       King's Medal for courage  ( Médaille du courage)

Carte de membre de l'Association de la libération Française 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires (2)

 

 

 

 

 

1. Michelle Seror Ven 08 Mars 2013
Michelle Seror dit :
18 octobre 2011 à 23:01

Je voudrais envoyer a Mme Paule Atlan un commentaire sur ce débarquement a Alger en 1942.
A époque mes parents avaient un commerce a la Place de Chartres qu’il ont gardé jusqu’en Juin 1961 date a laquelle mon père a aussi été assassine par le f.l.n.sur cette même place. Je me souviens que ma mère racontait l’histoire du débarquement en mentionnant tous les noms cites plus haut. Mon père connaissait tous ces hommes avec qui il était ami mais lui n’en parlaient pas peut-être par pudeur. Les femmes sont un peu plus bavardes. Mais ce que je sais c’est qu’ils avaient une villa a la Pointe Pescade sur la montagne et que leur terrain avait été envahi par des soldats tout barbouilles de noir et qu’ils n’ont su qu’après leur avoir parlé qu’ils étaient américains car a quelques jours près cela aurait pu être les allemands. Ils ont demande a mon père ou se trouvait le Fort L’Empereur, mon pere parlait anglais car ancien camelot, les a dirigé directement dessus par les montagnes.
Je crois que M. Lucien Gozlan a tout a fait raison nous devrions honorer ces hommes peut- être a l’occasion de ce rassemblement en Fevrier 2012.

2. gozlan lucien Mer 03 Oct 2012
Pierre bonjour,
merci pour ce long temoignage pour ton pauvre pere, bravo pour ces belles medailles hautement meritees. Honneurs a son grand courage en tant que Chef des troupes de choc lors de l Operation TORCH le 8 novembre 1942 a Alger et dans la mission de la neutralisation de la Prefecture d Alger et du prefet Emmanuel TEMPLE.
Honneurs a ses actions politiques contre l Amiral DARLAN, antijuif petainiste, qui l ont conduit a l extreme limite de sa vie dans les couloirs de la mort.
Vos familles se doivent d etre fieres de lui.
Lucien GOZLAN.

 

 

Commentaires   

0 # Ohana Marc 08-06-2017 16:13
Bonjour,
Votre témoignage recoupe très bien celui de Mme Annie Ruff (la femme de Paul Ruff) qui nous a raconté dans des termes peu différents, la même période de l'arrestation de Paul Ruff avec ces autres résistants du 8 novembre 1942, les difficultés, les angoisses, les échecs, les rebuffades et même les menaces auxquelles elles ont eu à faire face pendant les deux semaines ou plus de l'incarcération de leurs maris. Annie a dit qu'elles étaient trois surtout, à faire équipe (les autres femmes étaient d'accord bien sûr, mais moins présentes pour des raisons diverses) pour se débattre très activement dans ces difficultés à rencontrer des chefs des administrations civiles et militaires alliées et même françaises. Pour les oranges, j'avais juste retenu qu'elles avaient apporté des oranges aux prisonniers et aux gardiens, et pu savoir que tous étaient en vie, mais que à toutes les visites, les conditions changeaient de façon imprévisible.
Merci encore!
Répondre | Répondre en citant | Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN