logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

e-mail : morechet@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

Rejoignez nous
sur FACEBOOK !

 

Calendrier

Octobre 2017
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

SEROR Michelle - Le 8 novembre 1942 à la Pointe Pescade

Témoignage de Michelle SEROR

« Le 8 novembre 1942 à la Pointe Pescade » Témoignage de Michelle SEROR

 Je suis née en Mars 1943, native d'Alger, mes parents habitaient la rue Bab el Oued. Mon père Jacob Seror,dit Jacquot, avait un étalage au marché de Chartres, ma mère, un magasin de bonneterie du cote de la rue de la Lyre. Dans les récits écrits sur Morial en France et Moriel en Israël, j'aimerais apporter mon témoignage sur cette nuit du 7/8novembre 1942 a Alger.

Mes parents avaient une villa à la Pointe Pescade avant ma naissance et j'ai souvenir des histoires que ma mère m' avait racontées alors qu’ils étaient dans cette résidence secondaire, pendant la guerre en 1942.
C'est la nuit du 7 au 8 novembre, ma mère est enceinte de moi de cinq mois .Ils sont réveillés par les chiens qui aboient et des bruits suspects dans leur terrain qui est une grande propriété . Je dois ajouter que mes parents à cette époque n'avaient pas assez d'argent pour acheter comme d'autres membres de ma famille, une résidence secondaire sur la plage ou dans le village. Ils donc ont achètes cette villa sur la montagne (colline) de la Pointe Pescade.( petit village a 5 ou 6 km d'Alger). D'après ce que je sais ils voulaient fuir les bombardements d'Alger
. Avant d entrer dans ce petit village au bord de la mer, il y a sur la droite le Casino de la Corniche où un parent de mon père trouvera la mort dans un attentat terroriste, le chef d’orchestre Lucien SEROR, sous le nom plus connu de Lucky STARWAY.

 

 

Vues générales de la Pointe-Pescade

La Pointe Pescade, c est un petit port côtier, c’est aussi une plage ou les adolescents vont se baigner pendant les beaux jours de l'été. C’est la première grande plage après Saint Eugene.
Il y a le Casino de la corniche a droite.A gauche c’est la carrière des ciments LAFARGE où mon père avec d'autres militaires font partie de la défense passive. La villa de mes parents est tout en haut de la colline sur la gauche de la descente qui aboutit à la place du village.

 

 

L'entrée Casino de la Corniche

Dans la nuit du 7/8 novembre, alors que mes parents dorment, ils sont réveillés par des bruits inhabituels a l'extérieur.
Mon père est intrigué, il sort de la maison, ma mère le suit et tremble.
A leur grande surprise, le terrain est envahi de soldats, ils sont très nombreux, peut être une centaine, leurs visages tout barbouillés de noir, ils discutent entre eux, aperçoivent mon père, ainsi que notre voisin, lui aussi à l extérieur de son habitation. Mon père comprend ce qu’ ils lui demandent dans un mauvais français, avec un très fort accent américain. Immédiatement mon père leur parle en Anglo Americain car ,ancien camelot, il maitrise parfaitement ce langage. Notre voisin, non juif et pétainiste, demande à mon père de leur indiquer une fausse route. Les soldats américains veulent savoir comment se rendre par les collines au Fort l'Empereur. Le voisin ne comprend pas l’anglais, aussi mon père les renseignera sans que notre voisin puisse se douter que les renseignements demandes par les soldats américains soient exacts et vérifiables
par lui. Voila la petite participation de mon père a cette opération "TORCH"

 

******


A la place de Chartres mon père est une personne connue. il y est né et Il connait tout le monde et tout le monde le connait. La basse casbah, c'est le quartier de tous les juifs d'Alger.
Il sera égorgé en juin 1961 sur les escaliers qui relient le Bazar Manthout a la place de de Chartres par un terroriste arabe. Lorsque celui ci fut arrêté quelques mois après et la réponse à la question pourquoi Monsieur Seror, "C'etait un juif très respecté et connu de la communauté juive et en le tuant, nous savions que tous les juifs partiraient de ce quartier. »
Très peu de temps après, tous les commerçants et habitants juifs de ce quartier se sont retirés de tous ces endroits à forte population musulmane. Ils étaient en danger de mort, il n y avait plus aucun juif dans le marche de Chartres.

Le Place de Chartres Le marché de Chartres

Portraits de Monsieur Jacob SEROR, le père de Michelle SEROR

J'ai une petite anecdote sur mon père "mon héros"
En 1943 mon père a du rejoindre son régiment le 3eme Zouave et partir en Métropole, quelque part en France, je crois dans les Ardennes. Alors que son groupe bivouaque, mon père pris soudain d'une envie naturelle s'est éloigné de son groupe. Soudain, de grands cris le firent se relever , regarder et constater que les allemands étaient entrain de faire prisonniers tous les soldats. Il est resté dans son abri involontaire pendant quelques heures. Ensuite, il a chargé dans une carriole trouvée sur place toutes les armes qu'il a pu et a marché a travers champs pendant quelques kilomètres jusqu'a trouver un autre régiment Français a qui il a remis son butin. J'ai en ma possession un inventaire fait par l'officier qui a reçu les armes.

Je ne crois pas à ma connaissance que mon père ai été médaillé pour ce fait de guerre.

photo-famille-seror

 

L'orchestre de Lucky Starway (Lucien Seror) L'attentat du Casino de La Corniche


Commentaires (1)


1. gozlan lucien Mer 08 Mai 2013

Michelle SEROR, merci pour ce temoignage tellement incroyable. Peu de temoignages pour authentifier le debarquement des Americains a la Pointe Pescade, 4 ou 5 km du centre d Alger. Les Allies ont preferre contourner la ville alors que les resistants avaient reussi a neutraliser Alger dans sa totalite et offert a l armee Americaine la ville sur un plateau d argent.
S ils avaient respecte leur plan conclut a l entrevue de Cherchell dans la nuit du 23 au 24 octobre 1942, le Capitaine Pillafort et le Lieutenant Jean Dreyfus ne seraient pas tombes sous les balles de l Armee d Afrique.
Merci egalement pour ces belles photos du bord de mer ainsi que celles du marche de chartres.
Une pensee pour la memoire de votre papa assassine lachement par un terroriste sur les marches qui conduisaient de la rue bab azoun a la place du marche de Chartres. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN