logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

e-mail : morechet@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

Rejoignez nous
sur FACEBOOK !

 

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Les Juifs de 1945 à 1962 (de l’Algérie Française aux accords d’Evian)

Après la création de l’État d’Israël en 1948 et dans le contexte de la décolonisation, la situation des Juifs dans les pays arabes (environ 850 000 personnes) se dégrade rapidement.

                                   « La Dépêche Quotidienne du mardi 2 Novembre 1954»

                                                                   Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Le 1er novembre 1954, le FLN (Front de libération nationale) commet une série d'attentats en plusieurs endroits du territoire algérien, cette journée de la "Toussaint rouge", est considérée comme le début de la guerre d’Algérie (1954-1962).

En août 1956, lors du Congrès de la Soummam, qui se tient dans un petit village de Petite Kabylie, la question de la minorité juive est abordée par le FLN. Le 1er octobre, une lettre "l'Appel de la Soummam" est adressée au grand rabbin d'Alger, Eisenbeth.

Ainsi, Sollicités par le FLN puis par l’OAS, mal guéris des avanies de Pétain qui avait abrogé le décret Crémieux, anxieux de ne pas se dissocier de la France, les Juifs vivent le conflit dans le trouble.

 

Raymond Leiris, dit « Cheikh Raymond »

Le 22 juin 1961, l’assassinat sur le marché de Constantine de Raymond Leiris, dit "Cheikh Raymond", l’un des plus grands maîtres du "malouf", musique arabo-andalouse, est ressenti très douloureusement par toute la communauté juive.

Le cessez-le-feu est déclaré le lendemain par le général De Gaulle, Président de la République.

De janvier à juin 1962, la politique de "la terre brûlée" menée par l’OAS accentue encore le désarroi et la fuite. En quelques semaines, les communautés juives et chrétiennes abandonnent le territoire. Ainsi, 200 000 personnes quittent leur sol natal, avec pour tout bagage quelques valises.

Fin 1961, les violentes manifestations du FLN dans les villes à forte majorité juive soulèvent un vent de panique.

 

Hors série Sud Ouest - Mars 2012Le 18 mars 1962 les accords d’Evian sont signés, après huit ans de guerre et 132 ans de colonisation française. Ils mettent fin à la guerre d'Algérie qui devient indépendante, maisils ouvrent une nouvelle crise : l'exode des européens d'Algérie.

Le cessez-le-feu est déclaré le lendemain par le général De Gaulle, Président de la République.

De janvier à juin 1962, la politique de "la terre brûlée" menée par l’OAS accentue encore le désarroi et la fuite. En quelques semaines, les communautés juives et chrétiennes abandonnent le territoire.

Ainsi, 200 000 personnes quittent leur sol natal, avec pour tout bagage quelques valises.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN