Imprimer
Affichages : 1155

Lecture : Zachariah 2.14 – 4.7, le 13/06/2020 - 21 Sivane 5780 

Par Caroline Elishéva REBOUHLA  VISION DE LA MENORA

GATEAU AUX FIGUES SECHES

Cette haftara a trait à la vision de la  menora et c’est pour cela aussi qu’elle se lit à l’époque de Hanouka.

Cette prophétie annonce la réconciliation de D avec Son peuple, l’époque où IL reviendra résider dans le Temple où le peuple reviendra offrir des sacrifices et réciter des louanges, où le cohen gadol reprendra ses fonctions de grand prêtre pour guider les fidèles dans leurs rites et le respect des lois édictées sur le Mont Sinaï.

C’est une impression d’harmonie et de paix qui se dégage de cette lecture, où le peuple peut renouer avec ses traditions et ses devoirs, où la symbolique des fruits choisis pour la Terre d’Israël est retrouvée.

De cette manière, et dans un contexte tel l’homme pourra retrouver ses champs et son occupation dans les vignes et se reposer à l’ombre des figuiers ou des oliviers[1].  Les oliviers étaient précieux pour la production des fruits et de l’huile d’onction ou d’éclairage et  dans la cuisine, la vigne pour ses fruits et le vin qu’on en tire et les fruits qui se conservent séchés tout comme les figues dont on préparait l’année durant de délicieuses pâtisseries dont était friand le peuple tout entier  ainsi que  pour la consommation.


[1] Dans la Guemara, Pessahim 111b, il est conseillé de se reposer à l’ombre d’un olivier régénérateur d’énergie plutôt qu’à l’ombre du figuier plutôt débilitant où siègent les mauvais esprits ainsi que sous les palmiers dattiers, les câpriers. D’autre part, les figuiers plantés au bord des  vignobles offraient aux vendangeurs un espace de repos agréable à l’ombre du feuillage fourni de l’arbre produisant des fruits agréables à la consommation.