Imprimer
Affichages : 388

Nous faisons tous des gestes dont nous ne connaissons nullement la ou les raisons. Voici des questions auxquelles nous apportons des réponses.

Par Caroline Elishéva REBOUH

 

POURQUOI EMBRASSONS-NOUS LA MEZOUZA 

En entrant et en sortant d’une maison, on embrasse la mezouza et peu importe si on est religieux ou pas. Que symbolise ce geste ?  Répond-il à une obligation religieuse ? Est-ce important ou bien est-ce un signe de dévotion et – pour certains – une exagération à la limite d’un TOC ? Nous allons tenter d’apporter une réponse :

La première "mezouza" si l’on peut dire est le signe fait  avec le sang de l’agneau abattu dont nous avons badigeonné les linteaux de nos portes (avec quelques brins de lavande ou hysope)  à la veille de la sortie d’Egypte.

Par la suite, la Torah stipule que nous devons mettre une mezouza et, au dos du parchemin sur lequel sont inscrits certains versets de la Torah, sont inscrites 3 lettres formant l’un des noms de D. Ce nom est SHA-DAY que souvent les mères juives prononcent en cas de danger imminent.

Ce nom SHINE-DALETH-YOUD est aussi symbolisé par nos doigts que nous portons à nos yeux lors de la récitation du « credo » juif : SHEMA ISRAEL. En effet, en positionnant le pouce sur l’œil droit clos (daleth) et l’auriculaire (le petit doigt) sur l’œil gauche clos (youd), les trois doigts index-majeur-annulaire sur le front (shine), nous formons le mot SHA-DAY.

Certains commentent ce nom comme s’il s’agissait d’un sigle : SHA (shéamar = qui a dit) DAY (day=assez) d’autres commentent différemment : Shine = initiale du mot SHOMER= gardien Daleth = DELATOT = portes ; Youd = Israël et donc : SH-DAY = Shomer delatot Israël = Gardien des portes d’Israël.

Ces deux commentaires sont exacts car lorsque D a créé le monde à un certain stade IL a dit aux éléments : DAY : cela suffit. Pour imposer une limite à l’homme en toutes choses.

Gardien des portes d’Israël c’est aussi pour demander en entrant ou en sortant d’une maison, que SHA-DAY protège Sa créature  et qu’IL la sauve dans Sa miséricorde.

 

POURQUOI FAIRE LA CIRCONCISION ? (BRITH MILA)

Rabbi Akiva, qui vivait à l’époque où les Romains et leur empire étaient puissants, a un jour était pressé de répondre à une question très simple au demeurant mais en fait extrêmement dangereuse pour qui n’eut pas su y répondre : l’empereur romain somma le célèbre talmudiste de répondre à la question  de savoir si le monde créé par D est parfait ? Rabbi Akiva répondit : Non. Pourquoi ?

Car dit-il, lorsque du blé pousse de la terre, il n’est pas possible de le consommer tel quel, l’homme doit le moudre pour en faire du pain ou le cuisiner pour pouvoir le manger.  

En conséquence, l’homme possède un rôle dans la création. Le romain poursuivit ses questions : pourquoi D a-t-IL créé l’homme avec un prépuce alors qu’IL lui demande ensuite de le retrancher ?  Rabbi Akiva expliqua les choses ainsi : Lorsque deux parties scellent un accord entre elles, il leur faut signer sur un document et cet accord est révocable à n’importe quel moment. Lorsque D scelle une alliance avec Son peuple,  cet accord est irrévocable car il est scellé sur la chair-même de l’homme, non seulement en retranchant le prépuce mais encore en retroussant ce prépuce autour du membre viril qui demeure caché.

Ce signe constituera une marque indélébile sur la chair de l’homme. Cette marque rappellera à chaque instant à l’homme qu’il doit user de sa volonté pour devenir un être vertueux tel que le fut Yossef fils de Jacob lorsqu’il sut garder ses distances avec la femme de Putifar en Egypte et qu’il sut dominer ses instincts et franchir des degrés supérieurs de spiritualité. D’ailleurs, il existe des cas où le garçon naît déjà circoncis et il s’agit d’êtres d’exception comme le fut Moïse.

La circoncision se pratique lorsque le bébé est âgé de 8 jours seulement car c’est un âge où la raison n’intervient pas ; et cet acte est exécuté sur un membre qui reste discret et dont la fonction de reproduction devrait toujours être empreint de sainteté et de pureté.

 

POURQUOI RACHETE T ON LE PREMIER NE ET COMMENT SE FAIT LE RACHAT ?

C’est un commandement de la Torah qui demande qu’un nouveau-né mâle d’un être humain ou d’un animal soit  "racheté" au moyen de 5 pièces d’argent  (Exode –shemot- XIII, versets 2 et 13).

Si la mère de l’enfant est juive, et qu’elle n’appartienne ni à une famille de Cohen ou de Lévy et, si le père n’est ni Cohen ni Lévy, l’enfant doit être « racheté » à un Cohen, à condition également que l’accouchement ait été naturel et sans intervention chirurgicale (césarienne, forceps ou autre) et que cette naissance soit la première de cette mère sans qu’elle n’ait eu à déplorer aucune fausse-couche ou avortement avant cette naissance. Il convient d’insister sur le fait qu’il s’agisse du premier-né de la mère et non du père ! Ainsi Jacob notre Patriarche a eu 4 premiers-nés !

 Le Pidyon haben doit s’effectuer le 31ème jour (sauf si le 31ème jour est un shabbat auquel cas le pidyone est repoussé d’un jour) après la naissance du bébé même si la circoncision n’a pas eu lieu pour des raisons de santé car, passé ce délai, l’enfant atteignant l’âge adulte devra se « racheter » lui-même auprès d’un cohen.

Il est d’usage d’offrir un repas au début duquel on fera motsi (bénédiction sur le pain). L’importance de cette cérémonie et du repas qui l’accompagne est telle que le seul fait d’avoir consommé le « motsi » absout une personne de l’observation de 84 jeûnes (sauf yom kippour bien entendu).

POURQUOI FAUT-IL FAIRE CE RACHAT AUPRES D’UN COHEN ?

Il existe en fait deux raisons essentielles en dehors du commandement du livre de shemot : la première est qu’au début, chaque premier-né devait être consacré comme prêtre (cohen) mais lorsque D enjoignit Moïse de descendre du Mont Sinaï pour voir ce qui se passait en bas (le faute du veau d’or) et que le grand prophète demanda au peuple de choisir, seuls les Léviim se regroupèrent autour de Moïse pour signifier leur choix délibéré de suivre la voie de D.

A la suite de cet acte de foi, D décréta que la prêtrise (Kehouna) ne serait attribuée et mise en pratique qu’aux membres de la tribu de Lévi. 

Il y a, dans cette mitsva, un lien très fort avec la dixième plaie d’Egypte où les premiers nés égyptiens trouvèrent la mort alors que les premiers nés hébreux furent sauvés par le sang du sacrifice pascal badigeonné sur les linteaux des portes des logis des esclaves hébreux.

 

POURQUOI FAUT-IL RACHETER LE PREMIER NE D’UNE ANESSE ?

Il s’agit pour ceci encore d’une mitsva de la Torah qui demande que le premier-né d’une bête impure soit racheté ou qu’il soit abattu et enterré (Shemot/Exode XIII, 13). Le fils de l’homme est racheté par des pièces d’argent tandis que le petit de l’âne est racheté par un agneau.

L’âne est considéré comme un « bien » mobilier destiné à transporter des charges il est donc précieux pour son propriétaire. Cette cérémonie est assez rare.

POURQUOI  EST-IL INTERDIT DE MANGER DES LAITAGES AVEC DU POULET 

Les personnes qui posent la question réfutent le fait que les volailles n’ont pas de lait et qu’en conséquence, « ne pas cuire le veau dans le lait de sa mère » ne devrait pas s’appliquer aux volailles. En fait, il s’agit ici du « mar’ite âyine » (de ce que l’œil voit). La volaille est abattue selon les règles de la shéhita (abattage rituel) et ensuite, la volaille est salée et rincée tout comme la viande provenant de menu ou gros bétail. De plus, on parle de VIANDE de volaille et l’aspect d’un plat à base de volaille de veau ou de bœuf ou d’agneau peut être le même. Il est donc interdit de consommer les deux aliments mélangés.

POURQUOI MANGER  DES LAITAGES AVEC DU POISSON 

On propose souvent du saumon avec de la crème fraîche ou une pizza avec thon et fromage. Pourquoi est-il interdit de manger ces deux aliments ensemble ? Pourquoi, encore, est-ce interdit aux Sefaradim alors que c’est permis pour les Ashkenazes ?

Les rabbins et possekim Sefaradim prétendaient que mélanger poisson et laitages pouvait engendrer certaines maladies dangereuses, bien que dans le Shoulhan Aroukh de R’ Yossef Caro (Yoré Déâ 87, 3) il est écrit très clairement qu’il est permis de manger poisson et laitages mélangés. En définitive, aujourd’hui chacun se conformera à l’avis de son Rav mais il faut savoir tout de même que de nombreux rabbanim sefaradim qui optent pour l’avis du Rav Dov Lior : « De nos jours, il n’y a aucun problème ni danger à consommer poissons et laitages ensemble et ceci est valable pour toutes les communautés ».

 

POURQUOI PREPARER ET MANGER UN PLAT A BASE DE VIANDE ET DE POISSON 

Le Shoulhan Aroukh énonce le principe suivant très laconiquement : « consommer poisson et viande en même temps est très dangereux (dur) pour la lèpre ».

Il est certain qu’un esprit « scientifique » ne se satisfera pas d’une telle réponse en opposant dans son raisonnement qu’aujourd’hui la science et la médecine ont fait tant de progrès que l’on ne peut se contenter ou accepter une telle raison. Cependant cet aspect de la halakha reste sans appel car, il est absolument interdit de cuire en même temps et donc de manger un mets dans la composition duquel entrent poissons et viande. Cette halakha nous est aussi incompréhensible que certaines autres mais nous devons l’accepter pour montrer notre attachement et notre soumission aux commandements de la Torah !

Il est donc important de ne pas utiliser les mêmes assiettes ou les mêmes couverts pour manger même successivement et non pas en même temps poisson et viande et même en les consommant séparément au cours du même repas, il convient (pour ceux qui ont touché le poisson avec les doigts) de se laver les mains entre poisson et viande, de manger quelque chose entre l’un et l’autre (pain ou salades) et même de se rincer la bouche en buvant une gorgée d’une boisson ou d’un breuvage quelconque.

Les ustensiles de cuisson sont les mêmes que d’ordinaire : il ne faut pas nécessairement disposer de marmites spéciales et réservées à la cuisson du poisson.

Maïmonide préconisant de servir les aliments du plus léger au plus lourd, il faudra présenter, en conséquence les salades, le poisson, puis la ou les viandes avec leurs accompagnements.