Imprimer
Affichages : 133

Cliquer sur l'image pour l'agrandirAu cœur d'une vaste région de vignobles, sur les pentes ensoleillées des monts des Beni-Chougrane et dominant la plaine d'Eghris aux larges horizons, Mascara est une ville animée, à la fois agricole et commerçante. Les olives, les céréales, le taboc et la vigne surtout ont fait la réputation de cette région.

Mascara a été l'enjeu de luttes acharnées entre Abd-El-Kader et les troupes françaises.

En 1835, Clauzel en chassait l'Emir. La ville devait retomber en 1837 entre ses moins avant d'être définitivement conquise le 8 mai 1841 par Bugeaud.

Le touriste qui s'intéresse à l'artisanat pourra visiter l'école technique place de la Fontaine dans In faubourg Bob Ali. Il verra fabriquer des tapis de Kalaâ à l'aspect côtelé caractéristique et d'intéressantes dentelles arabes à l'aiguille.

Les vins de Mascara

Les vins de la région de Mascara comptent parmi les plus connus d'Afrique du Nord. Ils sont d'une excellente qualité et leur production atteint en moyenne 85.000 W par an. Leur richesse en alcool est devenue proverbiale avec 13° minimum. Les vins rouges sont d'une belle couleur, très veloutés et bouquetés. Ils accompagnent fort bien les rôtis. Les roses et les blancs, bouquetés, agréables, sont appréciés des gourmets.

 

monuments issraƩlites des morts pour la patrie 1914-1918 - (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'ÉMIR ABD-EL-KADER Un adversaire redoutable... 

 

Fils d'un marabout réputé el descendant d'une famille influente de la région de Cacherou, Abd-El-Kader, âgé seulement de 24 ans, se proclame Emir des croyants et prêche la guerre sainte contre les infidèles. A la fois chef religieux et chef militaire il cristallise autour de sa personne la résistance du Maghreb à la pénétration française.

Homme de guerre rusé, il sait attendre, négocier, profiter des scrupules et des hésitations des Français, se cacher ou fuir tant qu’il n'espère rien des armes. Puis, le moment venu, il harcèle les colonnes françaises, reparaît partout à la fois plus fort qu'avant et insaisissable.

Contre un tel ennemi, c'est le général Bugeaud qui entreprend la lutte. Pour la mener à bien, il s attache à rendre son armée aussi légère et aussi mobile que celle de l’Emir, mais plus forte.

Perdant une à une les villes du Tell, dont il avait fait ses capitales successives, Abd el-Kader se voit contraint de gagner les Hauts Plateaux avec sa smala. Apprenant la prise de cette dernière, au puits de Taguine, lutteur infatigable, il se réfugie ou Maroc dont il entraine le Sultan dans la lutte.

Mais Bugeaud reste le maître du terrain à la bataille de l'Isly et le Sultan doit signer la Paix de Tanger. Chassé du Maroc, Abd el-Kader continue la lutte, reparaît victorieusement à Sidi-Brahim et à Aïn-Témouchent puis se rend en Kabylie où les tribus ne le suivent pas. Il retourne alors au Maroc. C'est le moment ou Bugeaud demande à rentrer en France et l'obtient.

Mais Abd el-Kader, refoulé par le Sultan du Maroc qui commençait à le craindre, se résout alors à abandonner la lutte et se rend à Lamoricière le 23 décembre 1847. Le due d'Aumale, successeur de Bugeaud, recevra quelques jours plus tard la soumission de l'Émir.

... devenu un ami loyal. - Emmené prisonnier à Toulon, à Pau, puis à Amboise, Abd el-Kader fut libéré en 1850 avec l'autorisation de se retirer dans le proche Orient. A Damas, les troubles sanglants dirigés alors contre les chrétiens et les sollicitations pressantes qui lui parviennent de tout le monde arabe auraient pu l'inciter à reprendre la lutte.

Mais l'Emir avait accordé à notre pays sa parole et son cœur, les émeutes de la capitale syrienne lui donnèrent même l'occasion de manifester son loyal attachement à la France en accueillant dans son palais plus d'un millier de chrétiens persécutés et poursuivis par des fanatiques.

A 2 km au Sud de Cacherou, à l'Ouest de la N 14, à proximité d'une ferme isolée sur le plateau, s’élève un monument a la mémoire de l'Émir.

Monument à la Mémoire de L'Emir, inauguré le 15/10/1949 sur le plateau de Cacherou par Monsieur le Ministre M. E NAGELEN Gouverneur de l'Algérie.

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

 

Source de l’information

Guide Michelin de l’année 1950