logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

 

Miliana - La Pointe des Blagueurs Voici un minhag (coutume) typiquement milianais :
Avant Pourim, au lendemain du Chabbat Chekalim, les nouveaux mariés de l'année se rendaient en visite dans les familles.

Ils leur remettaient des bougies et recevaient en échange quelque argent "zékher lemahatsit hachékel" (il faut comprendre que cet argent qui revenait à la tsedaka leur était attribué d'office pour les aider à s'installer).
Ces bougies étaient ensuite allumées le soir de Lagh Baomer au cours de la fête organisée pour la circonstance.

Notons aussi ce Minhag qui existait dans les autres communautés : les bénédictions des douze Tribus, la Chira et les Dix Commandements étaient traduits en araméen et en judéo-arabe verset par verset (cf le Krobats) par les élèves du Talmud Tora.
Une tradition qui rappelle mon enfance: dès l'annonce d'une naissance dans une famille, le rabbin réunissait les élèves du Talmud Tora après la sortie de l'école. Tous ensemble, ils  rendaient  visite à la famille et accrochaient au lit du bébé et de la maman des écrits "porte bonheur" (Chemot Segoula) qui, prétendait-on, les mettaient "à l'abri du mauvais oeil". A la fin, chaque enfant recevait de la main de l’heureux papa une petite pièce, à sa grande joie.

L'indépendance de l'Algérie et les événements qui l'ont précédée ont mis fin à cette longue histoire. Les Milianais se sont pour la plupart installés en France et peu sont venus en Israël. On ne peut que déplorer cette absence. Ils auraient mis leurs enfants à l'abri de l'assimilation, et, pour bon nombre, de l'abandon du judaïsme. Les verrons-nous ici un jour prochain ? Inch Allah ! 

Moïse Bedjaï

N.B. Merci à M. Sydney Benyounès pour ses précisions.

Source de l'information
Le Livre de nos Coutumes, selon Ribach, Rachbats, Rachbach et R. Yehouda Ayache de Simon Darmon

 
 
 
 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN