Imprimer
Affichages : 241

Alger-Plage Franco à La Pointe Pescade - Collection Hubert ZAKINEPour accéder aux cartes postales publiées sur notre site internet, cliquer sur :
https://www.morial.fr/image/photos-cartes-postales/368-alger-les-plages.html

"La Côte Algéroise. Après Bab-el-Oued et Saint-Eugène, se déroulait à l'ouest sur une dizaine de kilomètres jusqu'à la Pointe Pescade. 

- Guyotville. Une des stations balnéaires préférées des Algérois, à 16 kilomètres de Bab-el-Oued, après la forêt de Baïnem, qui sentait l'eucalyptus et la lavande.
- Des villas et un casino en bord de mer,---

- la jolie plage de la Madrague, un petit port, où, en fin d'après-midi, rentraient les bateaux. Des hôtels dont Le Rivage, des restaurants comme Le Vert-Logis, une dizaine de cafés-glaciers, Le Sébastopol, Le Café des Sports, deux cinémas, Le Comedia et le Splendid, faisaient, l'été, de cette ville de 8000 habitants, l'une des plus fréquentées de la côte. Elle devait son nom au comte Guyot, directeur de l'intérieur aux débuts de la colonisation française.

- Sidi-Ferruch. Dans cette vaste baie, à 25 kilomètres d'Alger, la plage Moretti, connue de tous les algérois, était la plus vaste, la plus abritée, la plus conviviale, avec ses caboulots et ses restaurants à même le sable.

- Plus loin, à Zéralda, le Club des Pins, plus sélect, plus fermé faisait office de club privé.

Pour mémoire, c'est ici même, dans la baie de Sidi-Ferruch, que les Français débarquèrent le 14 juin 1830 à la conquête de l'Algérie. Ici aussi qu'eut lieu, en 1942, le débarquement allié."

Plus on s'éloigne d'Alger vers l'Est et plus le littoral devient accidenté.

- A Aïn-Taya, 20 kilomètres après Maison-Carrée et

- Fort-de-l'Eau, ce ne sont que des falaises à pic et petites plages échancrées aux noms évocateurs : Lapérouse, Jean-Bart, Surcouf.

Jules Roy écrivait : " Aïn-Taya ? C'était aussi la plage, une bande étroite couverte de galets où je m'aventurais avec mon père. La mer y était toujours très agitée. Glacée. Inquiétante. Le vent secouait les arbres et les embruns brouillaient tout...""