Imprimer
Affichages : 340

Cet ouvrage broché de  266 pages est paru le 3 mars 2022 chez l’éditeur ‎ "Le bruit du monde"

Il s’agit du premier roman d’Alice Kaplan.

Alice Kaplan est la grande spécialiste américaine d’Albert Camus. En 2016, à Columbia University, j’ai pu constater combien elle a œuvré pour retracer la venue d’Albert Camus en 1946 à New York et dans d’autres grandes villes américaines.

Tout naturellement, Alice Kaplan connaît bien "son" Algérie, sur le bout de ses doigts, par ses voyages en Algérie, à Alger plus particulièrement.

Alger et l’histoire de l’Algérie sont au cœur de ce roman.

Avant d’aller plus loin, je voudrais m’arrêter un instant sur le titre : "Maison Atlas". En apparence, rien de proche avec l’Algérie…

 

Faut-il vous rappeler, chers lecteurs, que l’Algérie est parcourue par deux immenses chaînes de montagnes : l’Atlas tellien et l’Atlas saharien.

Du temps de la présence française, il était courant que l’on donne comme adresse : "Maison Darmon" (à titre d’exemple) à Oran. Cette expression désignait un ensemble d’appartements dont le propriétaire était la famille Darmon.

Il y a un peu de cela dans le roman d’Alice Kaplan. La famille Atlas, grande famille juive d’Alger, est propriétaire de nombreux biens immobiliers : de la casbah jusque sur les hauteurs enchanteresses d’El Biar.

Les Algérois sauront retrouver leur ville dans ce roman.

Les Atlas, ces juifs d’Algérie, sont ancrés dans l’histoire du Pays. Par-delà toutes les vicissitudes de l’Histoire. En voici quelques-unes : lorsque les Juifs d’Algérie, en 1940, se voient retirer par le régime de Vichy leur citoyenneté française ; la guerre d’Algérie ; la guerre civile des années 1990…

Les Atlas, les descendants d’Henry, traversent l’histoire, la font, l’accompagnent.

Daniel, le dernier rejeton des Atlas s’en va faire ses études de droit à Bordeaux. Rencontre amoureuse avec Emily, une jeune étudiante juive américaine.

De cette rencontre naît Becca, la fille d’Emily et de Daniel. Daniel retourne en Algérie, inquiet, quant au devenir de ses parents.

Inquiète par le silence de Daniel, Emily fait le voyage à Alger.

Plus tard, ce sera le tour de Becca. Becca retrouve son père.

La quête des origines mène le bal dans ce roman. Les rebondissements ne manquent pas surtout lorsqu’Emily et Becca font le voyage à Alger.

Alice Kaplan a déclaré à plusieurs reprises : « Je suis fascinée par les traces laissées par les Juifs d’Algérie. »

Histoires singulières des Juifs d’Algérie à n’en pas douter, c’est, aussi, l’opinion de votre modeste serviteur.

De nombreux chercheurs américains, brillants universitaires, comme Joshua Schreier («The merchants of Oran A jewish Port at the Dawn of Empire ») se passionnent pour l’histoire de l’Algérie et des Juifs en particulier. L’histoire des Juifs d’Algérie serait-il un « terrain », un laboratoire propice à toutes sortes de recherches? Nous pouvons le penser.

Ceci dit, faut-il s’accorder sur le fait que le roman d’Alice Kaplan raconte mieux l’Histoire de l’Algérie et des Juifs d’Algérie que les nombreuses publications historiques actuelles ?

Sur cet exil des Juifs d’Algérie, dans sa soixantième année, fleurissent toute une littérature comme les romans de Rebecca Benhamou et Hélène Cohen.

Alice Kaplan et sa "Maison Atlas" nous proposent un voyage singulier et déconcertant dans une Algérie contemporaine qui n’en finit pas d’être « secouée » par les secousses tectoniques de l’Histoire.

Norbert Bel Ange 26 avril 2022