logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

PARACHA BEHAR : Lévitique 25,1- 26,2   - Lecture 8 mai 2021 / 26 Iyar 5781

L’année shabbatique et le Jubilée par Caroline Elishéva REBOUH

Tous les 7 ans, le peuple Juif en Israël observe la Shemita ou année shabbatique. Il s'agit, très schématiquement, de ne pas travailler la terre –la labourer, semer, récolter etc – pendant tout une année.

Puis, au bout de 7 fois 7 années a lieu le Jubilée où les esclaves peuvent retrouver leur liberté s'ils le désirent et s'ils refusent de reprendre leur liberté, ils resteront la propriété de leur maître toute leur vie durant.

La shemita était – mais l'est de moins en moins – appliquée même à l'extérieur d'Israël.

On mettait les terrains en jachère : en général, le propriétaire de terrains agricoles séparait en parcelles ses terres et chaque année il faisait chômer une parcelle ce qui revenait à ce que la terre se reposât pour retrouver sa fertilité toutes les quelques années. Le principe en était le même sans qu'il n'y ait obligatoirement un intervalle de 7 années et cela ne concernait pas la totalité du sol mais seulement une partie différente chaque année.

Le Saint Béni soit Il a exposé la chose de cette façon – de manière en quelque sorte à rasséréner le peuple – la septième année il faudra laisser la terre se reposer mais la sixième année, elle produira une production triple pour que le peuple ait de quoi se nourrir les sixièmes, septièmes et huitièmes années. De cette façon, ce que la terre produira d'elle-même sera "abandonné" et laissé à la libre consommation ("'hefker") de tous.

Cependant, Ces fruits sont "sanctifiés" et l'on doit se garder de les jeter sans prendre des précautions d'usage : on doit envelopper les déchets (épluchures, noyaux, trognons, graines, pépins etc…) pour ne pas les "amoindrir" il est d'ailleurs recommandé d'avoir une petite poubelle à part pour ces déchets.

Il est évident que la mitsva de la shmita ou année shabbatique ne s'applique qu'à la terre d'Israël et aux fruits d'Israël. En Israël, pour les personnes qui ne veulent pas consommer des fruits d'Israël on en importe de pays étrangers.

Ont été mises au point des "dispositifs" qui rendent possible la consommation des fruits de la septième année : ainsi que pour la fête de Pessah le Beith Dine vend le hametz de tout le pays à un non-juif, de même pour l'année de la shemita, la totalité des terres est "vendue" à un non-juif de cette façon la loi est contournée et permet en cas de besoin de consommer la production de la septième année. "'héter' mekhira" Il est évident que ce dispositif ne satisfait pas toutes les opinions et c'est la raison pour laquelle sont importés des produits étrangers.


La production de vins par exemple est embouteillée et laissée à la dégustation de ceux qui le désirent "otsar beith din". Ce vin ne doit pas être revendu ni conservé outre mesure et chaque goutte doit être "traitée avec déférence ".

Dès le début de l'année shabbatique, on a coutume de traiter les produits agricoles comme produits de la shemita en réalité, cela ne se passe pas ainsi : ne sont considérés comme légumes de la shemita, tous les légumes qui ont été semés après Rosh 'Hashana et jusqu'au rosh 'hashana suivant.
Pour les fruits, par contre, ne seront considérés comme fruits de la shemita les nouveaux fruits apparaissant sur le marché après tou bishvat et toutes les dispositions 'hilkhatites s'appliquant à la shemita s'appliqueront à eux jusqu'à Tou bishvat de la huitième année.

Quant au Jubilée l’esclavage pouvant retourner chez lui libre de tout engagement, le fait que les terrains ne sont jamais acquis pour l’éternité D étant le seul réel propriétaire de la totalité des terrains qui sont mis à la disposition de l’homme par le Créateur, la créature humaine, prend ici une leçon d’humilité car même l’être le plus puissant sur terre ne possède rien en réalité.

Caroline Elisheva REBOUH

 

Commentaires   

0 # Lifart-benoliel 10-05-2020 16:14
Bonjour à tous ceux qui auraient des renseignements sur l'artiste peintre mon grand oncle : Alexandre Benoliel d'Oran.
Merci de me contacter au 0660296573
Bien sincèrement
Monique Lifart
Fille de Denise Adida dont la mère Augustine Bénoliel était la sœur aînée d'Alexandre (1905-1930)
Répondre | Répondre en citant | Citer

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN