Imprimer
Affichages : 2039

Lecture Vayétsé : Osée 11:7 - 13:4
LE PROPHETE OSEE Par Caroline Elishéva REBOUH

HAFTARAT_VAYETSE.png

Le nom du prophète Osée (Hoshéâ) vient de הושע un mot qui signifie sauver. A la fin du shabbat, lorsqu’on fait la havdala on lance la supplication ANA HOSHIA NA : S’IL TE PLAIT SAUVE NOUS !

Dans la Bible, à la fin des grandes prophéties se trouve un recueil dit des "douze petits prophètes", et, Osée est le premier d’entre eux. 

Nous rappellerons ce qui a déjà été dit : si l’on fait la comparaison entre Isaïe ou Ezéchiel dont les prophéties se comptent par dizaines de chapitres, le livre d’Osée pour sa part ne compte que quatorze chapitres.

Osée naquit en Judée en -782, dans une période troublée puisque Salmanasar envahit la région douze ans plus tard et la présence des Babyloniens empêche le peuple de vivre normalement. Lui-même, Osée, va se trouver déporté et on dit même qu’il mourut en Babylonie d’où sa dépouille fut rapatriée à dos de chameau pour être ensevelie en Galilée vers -753.

La destinée de ce prophète pourrait presque être le calque de l’histoire allégorique du peuple juif : en effet, le roi Salomon en écrivant le Cantique des Cantiques a dépeint, de manière allégorique, la vie de couple d’Israël épousée par D. Israël, la fiancée, est capricieuse, voire parfois volage et presqu’infidèle, alors que le fiancé, lui, fidèle, irréprochable est là, aimant et pardonnant à son aimée les moindres incartades….

Osée fils de Bééri, un humble berger auquel le Créateur aurait intimé l’ordre d’épouser une femme du nom de Gomer fille de Diblayim. On sait peu de choses sur eux en dehors du fait que Gomer est une femme de mœurs légères et qui enfante deux garçons et une fille au prophète Osée. Le livre d’Osée sera donc une suite de scènes de la vie du couple partagé entre l’infidélité-frivolité de l’épouse alors que, d’une patience infinie, l’époux est là, présent, constant dans ses sentiments et sa position et toujours prêt à pardonner et à aimer tout comme – kiveyakhol – le Créateur pardonne à Son peuple toutes ses infidélités.

Le lien à faire entre la parasha vayetsé et cette haftara est très recherché en effet : Jacob va chez Lavan et, il devient berger tout comme l’était Osée et épouse non seulement l’élue de son cœur mais aussi la sœur et les servantes.

En fait, il se rapporte au fait que le naturel de l’homme est de partir à la recherche de D tout comme l’a fait Abraham et tout comme le fera par la suite Moshé Rabénou. Jacob, dans sa fuite vers Lavan a trouvé D au Mont Moria.

Mais, tout ce qu’il a appris chez Eber pendant 32 ans, il ne pourra véritablement l’appliquer que lorsqu’il sera un HOMME à part entière c’est-à-dire qu’il ne sera complet qu’à partir du moment où il sera COMPLET : où il aura retrouvé sa moitié et qu’ainsi, il pourra garder et respecter la Torah.

Cette prophétie d’Osée permet de tirer des parallèles Abraham, « père des peuples » est un berger d’envergure puisqu’il garde des troupeaux mais il est un « faiseur d’âmes », Jacob est berger de Lavan et il travaille pour pouvoir épouser Rahel, tout comme Moïse est berger et travaille pour son beau-père et devient le Prophète d’Israël par excellence, tout comme plus tard, David, berger deviendra Roi d’Israël.

La femme est indispensable à l’homme pour qu’il puisse rester sur le chemin qui mène à D.

Et de même que D est toujours prêt à pardonner à son épouse "Israël" à chaque fois qu’elle tentera de s’éloigner, Israël sait au plus profond de lui-même que seul D est là pour veiller sur le moindre faux-pas et pour le protéger des sombres desseins des autres nations.