Imprimer
Affichages : 1103

Par mon ami Serge Allouche de Lyon

De mes souvenirs de célébration à Constantine, il y avait deux saints que l'on vénérés.

Indépendamment que chaque famille allumait des veilleuses à leur domicile, Il y avait un certain cérémonial à parcourir les lieux qui étaient marqués par une sainteté particulière du fait de la présence en cet endroit de grands rabbanims.

Vers 17 heures, les femmes se rendaient dans les diverses synagogues de la ville pour allumer les Kandels (veilleuses). Ensuite le parcours se décomposait come suit : direction rue Grand, dans une petite maison tenue  par «Ma louisa» endroit où les rabbanims passaient leurs nuits à étudier le Zohar ( la Kabbale).

 Cliquer sur l'image pour l'agrandir
 

Document personnel appartenant à Jacques Nakache, publié avec son aimable autorisation (Reproduction interdite). 

Il y avait un autre endroit qui se trouvait au temple Midrach rue Ttiers, au rez-de-chaussée face à la synagogue de Rabbi Benyamin Toubiana.

Dans cette salle se réunissaient des personnes qui commentaient le Zohar. Il y avaient Kalfa Hadjo Bénisti ; Rabbin Chmouel Chekroun, père du Rabbin Sion Chekroun, Grand rabbin Reouven ; Guedj,(fripier) et Guedj Yossef ;.

La suite du pèlerinage se dérouler en direction de l'hôpital Laveran où face à cet hôpital se trouvait le mausolée du Grand Rabbin Messaoud Zerbib qui vécut vers 1680.

Le dernier parcours se trouvait à quelques dizaines de mètres de cet endroit au cimetière juif de Constantine, où il était un devoir aller allumer la tombe des grands tsaddikims enterrés ici.

Voici comment se déroulaient les deux hiloulot de Rabbi Meir Baal Haness et Rabbi Chim'on bar Yokhaï,à Constantine, et bien entendu accompagnés de chant traditionnel

Source de l’information

Jacques Nakache

Copyright © Mai 2022  AJOC. Tous droits réservés.

Toute copie, même partielle, des données contenues sur ce site est strictement interdite sans accord préalable.