logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

 

Max Régis est directeur du journal « l’ANTIJUIF ALGERIEN » : Organe de la ligue antijuive paraissant les jeudi et dimanche.


A droite « l’Algérie aux français » A gauche « A la porte les juifs »

Daté du samedi 18 septembre 1897, il convie ses lecteurs à un grand meeting antijuif pour 8 heures et demi du soir (sic)

C’est le tour du « JUIF TOUBIANA COMMIS GREFFIER » d’être dénoncé dans les termes choisis d’alors pour plus que des canailleries de spéculer sur la viande ou les femmes, mais pour ses infamies au cœur de la justice tombée dans ses pièges.

Il réussi à dédouaner un juifs dans une sombre affaire mais le plus terrible c’est « qu’il s’est trouvé une femme française pour offrir ses chairs aux viandes pourries d’un juif… »

 

Max Régis découvre avec horreur que « des françaises et des algériennes se vendent à des juifs »

Ce torchon, largement répandu alors, relate les « lâchetés d’un Stora et d’un Abraham Zermati de Sétif », qui ne se sont pas rendus sur le pré pour un duel à l’épée contre Max Régis Régis.

 

Il se plaisait ce reitre à convoquer quiconque, donc les juifs en premier lieu, à le combattre les armes à la main. Ce qui démontre l’indigence de sa pensée et la virulence de sa haine antijuive.

On n’utilisait pas alors en Algérie de cette époque, le terme  "antisémite" mais celui plus sonnant "antijuif ".

Nous invitons nos adhérents, amis et le public à réagir pour ceux dont les grands parents ou des archives sont susceptibles de rappeler ces temps ou la nationalité française des juifs d’Algérie ne convenait aux racistes qui voulaient une Algérie française sans juifs et peut être sans arabes ou des arabes soumis.

Paris le 1er mars 2022

Charles Baccouche

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN