logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

 

Par Marie-Claude Akiba Egry

Cet ouvrage broché de 208 pages a été publié le 7 octobre 2021  aux éditions GALLIMARD

Avec archives et correspondance à l'appui, l’auteure tente de décrypter un lourd secret de famille, rendant hommage à ses parents  et à la communauté juive de Reibell, tout en évoquant le poids de l'histoire et les blessures de la guerre d’Algérie.

Marie-Claude Akiba Egry, revient, dans ce récit, sur les lieux de l'enlèvement de son père, disparu en Algérie, comme des milliers de civils.
Quatrième de couverture
La sonnerie du téléphone a retenti dans le salon à moitié vide.

 

 L'annonce de l'enlèvement a résonné dans la pièce. Je me souviens avoir prononcé à voix haute cette unique phrase : "Papa est mort." Puis je me suis tue.

Il aura fallu soixante ans pour que je brise enfin le silence familial et celui de la grande Histoire. L'enfant qui se taisait est le récit des longues recherches entreprises à la suite de ma mère sur la disparition d'un homme, mon père, enlevé dans son village aux portes du désert des Hauts plateaux, disparu en Algérie le 2 juillet 1962, .quelques jours avant l'indépendance de l'Algérie.

L'écriture confronte les époques, les lâchetés, les peurs, dans une quête obstinée et impossible de vérité. Elle permet aussi de faire revivre les témoins de la fin d'un monde que tout annonçait mais que personne n'avait vue venir, et les reviviscences de l'enfance.
1920. Ma grand-mère Julie Akiba, née Sportiche (Ma’Jolie), mon père, mon grand-père Itzhak, rabbin de Reibell jusqu’en 1923.Mon père, Emile Akiba, 1962
 

REIBELL (Algérie)


Le panneau du village

Paysage de Reibell

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Sur l’édition Guides Bleus 1950 : "ALGERIE- TUNISIE" page 111, il est précisé que sur la route d’Alger à Laghouat, à 95 km de Boghari, se situe le village de Reibell ou Chellala. La spécialité de ce vilage est la vente de tapis de laine.

A 40 km au sud de Reibell, se trouve Taguine, où le le 14 mai 1843, fut surprise par le duc d’Aumale, parti de Boghari avec 600 cavaliers, la smala d’ ABD EL-KADER, avec 8000 prisonniers et un immense butin.

Pour en savoir plus sur Reibell, il convient de consulter le site :

http://www.oran-memoire.fr/Monsite/Reibell.html

Présentation par l'auteur de l'ouvrage "L’enfant qui se taisait"

Lundi 29 novembre 2021, à Paris, à la librairie Compagnie, 58 Rue des Écoles, 75005 Paris

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN