logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

A consulter la copie du livret militaire de mon père, Léon Dahan, on imagine à peine ce que peut- être la jeunesse d'un homme marié, tailleur de son métier, et la vie de son foyer puisqu'il était alors le papa d'un jeune bébé de 20 mois.

Copie partielle du livret militaire de Léon Dahan

De la classe 39, appelé sous les drapeaux le 27 novembre 1939 il fut définitivement démobilisé par une commission de réforme le 20 février 1945.

Les démobilisations et remobilisations se succédèrent durant cette période de la guerre, ce qui en traduisait bien les tourments politiques et les revers militaires.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

 

Combien de fois plus tard, lors des dîners shabbatiques qui se poursuivaient bien tard, ne nous a-t-il pas raconté  "ses histoires de l'armée", comme disait notre maman. 

Mais parmi tous les souvenirs qu'il évoquait, il rapportait le plus souvent ses longues nuits de garde dans le port d'Alger à l'Amirauté, les bombardements, ses escapades, la faim et la soif, ses fausses permissions pour rejoindre son foyer, des anecdotes plus ou moins drôles, mais aussi, il s'attardait  plus rarement sur son séjour dans le camp de Bedeau.

Je n'ai pas retenu les dates précises de ces mois de calvaire, mais en consultant un bref résumé de ses états de service, tels qu'ils sont transcrits sur un duplicata de son livret militaire, il a du y séjourner entre le mois de février 1942 et le mois de juillet 1943. Il ne figure curieusement aucune indication sur son séjour dans le camp de Bedeau si ce n'est la mention "affecté au 1er Zouaves, arrivé au corps le 26.11.42, affecté au 19ème COA (?...) a/c du 1.7.43 " . Mon frère ainé me dit que notre père aurait été interné dans ce camp durant 8 à 9 mois, ce qui semblerait correspondre à cette période, d'autant qu'on le voit portant son bonnet de zouave sur les photos.

Léon Dahan se trouve à droite

Mon frère et moi avons rassemblé nos souvenirs pour vous faire part de notre témoignage. Notre père était un homme dur à la tâche, il commença à travailler dès l'âge de neuf ans comme apprenti-culottier, et à 11 ans il rapportait sa paie pour aider à nourrir une nombreuse fratrie. Pratiquant la boxe depuis son jeune âge, il était plutôt mince mais très résistant.

 

Le camp de Bedeau le transforma bien vite dès les premières semaines, en loque humaine. Il fut pris en grippe dès son arrivée par un officier de la Légion étrangère, de nationalité allemande. Humilié, puni, dormant à même le sol, il connut l'isolement, la faim, la soif et le manque de sommeil. Muni d'une badine cet officier savait se faire obéir. Il avait à assurer comme ses compagnons de pénibles travaux très physiques : le terrassement de routes, il passait ses journées à "casser de la caillasse ".

Au bout de quelques semaines de ce régime, il ne pesait que 42 kgs. Ses camarades le soutenaient moralement, comme certaines personnes de notre communauté dont j'ai oublié le nom, mais il en est une dont je me souviens c'est le Docteur Teboul, dont je parlerai plus tard. Devant son état de faiblesse, ses copains se confièrent à un officier français, le Capitaine Blanc, plus amène, qui comprit en voyant notre père la gravité de son état.

Cet homme - là eut l'humanité de lui réserver un travail moins physique et sut utiliser les compétences de mon père, qu'il savait tailleur. Il lui donna ainsi des travaux de couture (costumes civils et tenues militaires à retailler, etc...)

A gauche de la photo, Léon Dahan est accroupiEt en même temps pour faciliter et accélérer sa convalescence il écrivit à notre maman pour qu'elle vienne vivre avec mon frère et moi près de mon père, durant quelque temps.

Nous habitions alors Alger, à Bab el Oued, près de ma grand-mère qui avait notre charge pendant que mon père était militaire. Aux dires de mon frère, alors âgé de cinq ans, nous sommes restés plusieurs mois à Bedeau, j'avais alors près de deux ans. Nous étions logés dans une petite dépendance sans électricité, dans un corps d'habitation rurale, proche du camp. Notre maman nous disait que c'est grâce à cette nouvelle vie que mon père put reprendre ses forces, il avait eu l'autorisation de diner et de nous voir souvent. Ce fut aussi une épreuve pour notre maman qui était seule avec deux jeunes enfants, dans des conditions de confort difficiles..

Le Docteur Teboul ouvrit son cabinet, par le plus grand des hasards, tout près de notre domicile à Paris, bien des années plus tard...

Son visage est la première image dont je me souviens ; en effet, lors de notre retour de Bedeau à Alger, il nous accompagna et durant le voyage il nous soigna les yeux en nous instillant des gouttes, c'est de lui donc, dont j'ai gardé l'image.

Mon père garda de sérieuses séquelles de cette période douloureuse, puisqu'il fut réformé en février 1945. 

Témoignage dicté et signé par Léon Dahan sur son séjour dans le camp de Bedeau, en Algérie, durant la guerre 39-45.  (Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

 

                          

Le Capitaine Blanc fut pour lui son sauveur, il le dit et je voulais aussi aujourd'hui, rendre hommage à cet homme.  
 

P.S. Je voudrais faire remarquer sur son livret militaire (voir ce document),  le silence du 2ème Bureau de Recrutement d’Alger,  concernant le séjour de mon père, Léon Dahan, dans le  camp d’internement de Bedeau du  5 mars 1941 au 16 octobre 1942, soit durant 20 mois…plus

d’un an et demi !

En effet il y est mentionné pour cette période : «Affecté au 2ème RCA Mascara le 5.3.41. RDC le 24.3.41. Affecté au 2ème Zouaves RDC du 2ème RCA le 1.2.42. Démobilisé par le GTA le 16.10.42 et renvoyé dans ses foyers. RDC le dit jour se retire à Alger 70 avenue de la Bouzareah. Alger. Rappelé à l’activité le 26.11.42… »

Curieuse retranscription de la réalité…Aucune mention de son internement…Cette impéritie des autorités militaires datant du 8 septembre 1951, date de la rédaction des différentes périodes d’exercice montre bien, 6 ans après la fin de la guerre, la prudence et le silence observés concernant la période de Vichy et les mesures discriminatoires prises à l’égard des soldats français de confession juive.

 

 
 
 
 
 

Commentaires   

0 # Richard Bennaim 26-09-2017 13:31
Merci de ce témoignage
Mon père aussi était à Bedeau
Je raconte son enfance sa guerre et Bedeau dans un livre paru en juillet 2017 : le journal du soldat juif
Je le conseille à tous ceux dont les pères ou grands parents étaient soldats en 39 45
Amitiés à tous
Richard Bennaim
Répondre | Répondre en citant | Citer
0 # DAHAN Auriel Guy 18-11-2017 12:49
Je découvre votre réponse aujourd'hui, je vais m'empresser de me procurer votre ouvrage.D'avanc e je vous félicite pour perpétuer le courage face aux souffrances que nos pères ont endurées.
Bien à vous Auriel Guy DAHAN
Répondre | Répondre en citant | Citer
0 # Richard Bennaim 18-11-2017 16:57
Merci de votre réponse cher Mr Dahan
Je n'ose vous demander si votre Papa est toujours parmi nous...
Si malheureusement non : A-t-il laissé des écrits de sa période Bedeau -Bossuet ?
Merci de votre aimable réponse.. Je ne peux que vous encourager à lire le Journal du Soladt Juif, c'est l'histoire de tous nos pères.
Amitiés
Richard Bennaim
Répondre | Répondre en citant | Citer
0 # DAHAN Auriel Guy 26-11-2017 18:10
Cher Monsieur Bennaïm,
Sur la période Bedeau-Mascara, je ne possède aucun document écrit de notre papa en dehors de celui qui figure ici dans son témoignage. Je regrette énormément de n'avoir pas eu la présence d'esprit que fut la vôtre, à savoir de recueillir par écrit les récits de ses mésaventures et souffrances de soldat. Comme en témoigne la photocopie de la page de ses états et services, nous ne l'avons pas vu souvent jusqu'en 1945...J'ai le souvenir de mon papa qui venait en permission dans son habit de zouave, orné ses gros boutons dorés...Mon frère aîné a des souvenirs précis de notre séjour à Bedeau, pendant l'été 42, vraisemblableme nt.
Je me suis procuté votre ouvrage et j'ai commencé sa lecture avec un grand interêt.
Bien à vous.
Répondre | Répondre en citant | Citer
0 # Richard Bennaim 26-11-2017 18:54
Cher Monsieur Dahan
Je suis heureux que vous lisiez ce livre.
Ce n'est pas que l'histoire de mon père, c'est aussi l'histoire de tous les Juifs oranais de cette période.
Si vous me donnez votre mail, je vous donnerai mon N° de portable afin de recueillir vos impressions.
Sincèrement
RB
Répondre | Répondre en citant | Citer
0 # DAHAN Auriel Guy 06-02-2018 16:14
Cher Monsieur, j'ai achevé la lecture de votre livre et permettez moi de vous féliciter pour la somme de travail que cela a du représenter pour vous. Pour le travail certes, mais aussi pour toute la charge affective que l'on devine pour votre papa. Merci à vous pour ce beau témoignage , combien utile en ces temps de révisionnisme de l'Histoire.
Guy Dahan
Répondre | Répondre en citant | Citer
0 # Ghnassia 18-11-2019 18:20
Merci Richard pour le journal du soldat juif !
Mon père était à bedeau et la seule fois où je l'ai vu pleuré c'est quand on lui a dit que pour sa retraite, le temp pourri passé à bedeau ne serait pas pris en compte pour sa retraite. De 39 à 45, il c'est battu comme un lion, il a jeté un adjudant dans un puit, il l'avait traité de sale juif, grosse erreur de dire ça à mon père. Je viens de recevoir le livre, je plonge dedans! Merci encore d'avoir mis en lumière l'histoire de nos pères ,bien à vous !!!
Répondre | Répondre en citant | Citer
0 # Paul Ch 01-03-2019 11:38
Bonjour M.Dahan,

Merci pour ce témoignage émouvant et nécéssaire, j'ai en ma possession des photos de mon arrière grand-père, soldat juif interné en Algérie pendant la guerre. Je souhaiterais identifier l'endroit: est-ce que seul le camp de Bedeau a reçu la "section 39" ? Car j'ai pu identifier "vive la 39" écrit sur les photos.

Je vous remercie mille fois, à nouveau.
Répondre | Répondre en citant | Citer
0 # Dahan 05-03-2019 23:11
Cher Monsieur,
Je suis navré de ne pouvoir répondre à votre question. Les seuls élements dont je dispose sont ceux qui figurent dans mon témoignage. Je vous souhaite de trouver le renseignement que vous recherchez.
Je vous conseille, si vous ne l'avez encore fait, de vous adresser à M. Norbert Bel Ange qui a écrit un ouvrage remarquable, comme vous le savez peut-être, intitulé:" Quand vichy internait ses soldats juifs d'Algérie, Bedeau, sud oranais, 1941-1943"
respectueuses salutations.
Auriel Dahan
Répondre | Répondre en citant | Citer
0 # Paul Ch 13-03-2019 01:49
Cher Monsieur,
Je vous remercie infiniment pour vos conseil,
Je vous souhaite le meilleur pour une éventuelle continuation de vos recherches,
Paul Ch.
Répondre | Répondre en citant | Citer
0 # chouraqui 03-12-2019 11:01
Bonjour Mr Dahan,
Merci pour la création de ce site.
Mon pére, Chouraqui Alexandre a été interné au camp de Bedeau dans la même période.
Sauriez vous s'il un registre de tous les internés de ce camp?

Merci d'avance
Répondre | Répondre en citant | Citer
0 # DAHAN 01-04-2021 16:16
Citation en provenance du commentaire précédent de chouraqui :
Bonjour Mr Dahan,
Merci pour la création de ce site.
Mon pére, Chouraqui Alexandre a été interné au camp de Bedeau dans la même période.
Sauriez vous s'il un registre de tous les internés de ce camp?

Merci d'avance

Bonjour M. Chouraqui,
Excusez ma réponse tardive, Non, je n'ai pas connaissance de l'existence d'un tel registre.
Reportez -vous à l'ouvrage de M. Norbert Bel Ange: " Quand Vichy internait ses soldats juifs d'Algérie, bedeau, sud-oranais, 1941-1943"
Vous y trouverez peut-être une piste.
Sinon vous pourrez toujours poser la question sur les site:
https://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/

Bien à vous et encore mes excuses, je n'avais pas vu votre demande.
Répondre | Répondre en citant | Citer
0 # bensoussan 21-12-2019 15:53
mon pere ELIE BENSOUSSAN NEE LE 05/07/1920 a ORAN etait mobiliser dans ce camp a BEDEAU . avez vous des informations SVP. merci marcel bensoussan
Répondre | Répondre en citant | Citer
0 # DAHAN 22-12-2019 15:30
Cher Monsieur,
Je n'ai pas d'autres renseignements concernant la vie de ce camp que ceux que j'ai rapportés ici, dans le texte de l'article ou dans les commentaires. Je suis navré de ne pouvoir satisfaire votre demande. Bien cordialement.
Auriel Guy Dahan
Répondre | Répondre en citant | Citer
0 # BENICHOU 15-03-2021 09:32
mon père René Joseph BENICHOU né le 01/05/1918 a aussi été interné dans le camp de bedeau, mais bien que n'ayant pu retrouver son livret militaire, je pense qu'il a été détenu dans ce camp entre 1942 et 1943.
Répondre | Répondre en citant | Citer

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN