logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

Par Yossef Charvit

Le rabbin Léon Yéhouda Askénazi, plus connu sous son nom de totem dans les EIF (Eclaireur Israélites de France), Manitou, était le fils du rabbin David Askénazi, dernier grand rabbin d'Algérie

Il est le descendant du rabbin Acher surnommé le Roch, petit-fils du kabbaliste Hayim Ben Touboul, descendant du rabbin Joseph Ben Touboul El Mograbi, un des élèves du célèbre rabbin Acher de Safed qui vécut au 16e siècle.

Il est né à Oran, en Algérie, le 21 juin 1922. Il étudia au Talmud Torah de la communauté d'Oran et poursuivit des études juives à l'école secondaire locale religieuse Etz Hayim jusqu'en 1940, il étudia parallèlement, la philosophie et la psychologie à l'université d'Oran et le Talmud avec le grand rabbin Abraham Levy Moïse Fingerhut, décisionnaire réputé.

Cette villa, située à mi-hauteur de Montplaisant, une des collines surplombant Alger, était la propriété de M. Joseph Hassoun -un des riches notables d’Alger, président du Consistoire- était l’ancien palais de Barberousse.

Cette maison était remarquable pour son très beau  patio tendu d’un treillis qui portait des glycines sur toute sa surface et qui embaumaient toute la propriété. Ses jardins, ses pelouses, ses champs, ses carreaux et ses faïences ajoutaient à la beauté de l’ensemble. Les pièces de cette maison étaient très petites et portaient des murs dont l’épaisseur pouvait aller jusqu’à un mètre cinquante par endroits.

M.J. Hassoun avait gracieusement mis cette villa à la disposition de la Fédération des Communautés Juives d’Algérie pour abriter l’Ecole Rabbinique d’Algérie.

Par Hubert ZAKINE

Premier cimetière juif d'Alger à Bab-el-Oued

1391- 2021 : il y a 630 ansÀ la suite de violentes émeutes survenues en Espagne du 06 juin au 13 août 1391, les juifs d’Espagne connaîtront des soulèvements qui  donneront lieu à un exode des juifs de la péninsule ibérique vers l’Afrique du Nord.

En 1287 déjà, des juifs avaient quitté ce pays pour s’y installer, et ce à la suite de la conquête de l’île de Majorque par les chrétiens dirigés par Jacques 1er d’Aragon. Puis ce sera la curée en 1492 avec la grande inquisition d'Isabelle la Catholique.

Entrée du mausolée de Ribach et Rachbats au cimetière israélite de Saint-EugèneNos Rabbanim fondateurs  de la Communauté ont été Ribach (Isaac Bar Chéchat  Préfect, né à Barcelone et décédé à Alger) et son successeur Rachbats (Simon fils de Tsémah Duran, né à Palma de Majorque et décédé à Alger).

À la mort de ce dernier, son fils Rachbach (Salomon né en 1400 et décédé en 1468 à Alger) prend la succession de son père.

Plus tard Rabbi Yehouda Ayache (né à Médéa en 1700 et décédé à Jérusalem à 1760) dirigea la Communauté selon les enseignements de Ribach et  Rachbats, et dans la stricte observance des coutumes ancestrales.

Par Fred, Ephraïm ENKAOUA

Après la magnifique intervention de Monsieur le grand Rabbin de Richon le Tsion : Rav Shmuel Trigano, il m’appartient de vous faire part de mon témoignage, en ma qualité de descendant de l’illustre Rab de TlemcenEphraïm ALN’KAOUA (Tolède 1359- Tlemcen 1442 : 1er Kislev 5203).

En effet, j’ai le très gros avantage de porter le nom et le prénom du grand Rab.

 

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN